Pourquoi le Front de gauche gagnerait à s’émanciper du PCF

Le premier tour des municipales aura au moins permis de décanter sérieusement le paysage politique français. À côté du délire psychotique entretenu artificiellement autour du FN, le principal enseignement aura été la rupture entre le Front de gauche et un PCF cacochyme, plus préoccupé de sauver ses vieux meubles que de défendre des idées qui ne lui servent plus que de prétexte.

La gentille Ioulia Timochenko se lâche : « Il est temps d’aller tuer les Russes »

Timochenko_.jpg

Elle est gentille, Ioulia Timochenko, la blonde icône ukrainienne préférée de nos médias alanguis. On lui donnerait le bon Dieu démocratique sans confession. Sauf que la Guigou refroidissante de Kiev vient de se faire pincer dans une conversation téléphonique pas piquée des hannetons, datée vraisemblablement du 18 mars dernier :

<< Il est temps de prendre nos armes et d’aller tuer ces maudits Russes ainsi que leur leader ! >>

« Pauvres actionnaires ! » ou comment le FN piège la vraie gauche

pauvres_actionnaires.jpgEn prélude à son nouvel ouvrage, « Pauvres actionnaires ! » (Fakir éditions, 6 euros), François Ruffin s’est livré à une drôle d’expérience : interroger des gens de gauche en leur faisant approuver à l’aveugle des textes signés… Marine Le Pen !

Découvrant le piège dans lequel il vient de tomber, l’un de ses interlocuteurs se défend vertement :

<< Nous ne partageons rien avec le FN : le FN nous a pillés, c’est tout autre chose ! >>

Ukraine : le camp occidental acculé à une vaine défensive

À la veille du référendum sur la Crimée, et sur fond de manœuvres militaro-diplomatiques, le moins qu’on puisse dire, dans cette affaire d’Ukraine, est que les défenseurs du camp occidental se retrouvent bel et bien acculés à une assez vaine défensive. Le vilain Poutine serait-il en passe de rééditer son « exploit » syrien ?

ONU : les pénuries alimentaires menacent d’une guerre mondiale… civile

Y a des nouvelles, je vous jure ! Juste avant de faire cuire vos deux précieux œufs à la coque du matin, voilà qu’un nouveau rapport de l’ONU, ou plus précisément de son Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), vous alarme sur les risques d’émeutes et de déflagrations civiles à échelle planétaire en raison des pénuries alimentaires.

Le coup d’État ukrainien a bien été piloté par les États-Unis : la preuve

<< L’arroseur arrosé >>, rigole Olivier Berruyer sur son site les-crises.fr en transcrivant la fameuse discussion téléphonique piratée entre Olivia Nuland, sous-secrétaire d’État américaine pour l’Europe et l’Eurasie d’Obama, et l’ambassadeur américain en Ukraine Geoffrey Pyatt. Dire qu’il y en a encore pour croire que Poutine est le seul responsable de la crise ukrainienne !

Guerre en Ukraine : le jeu dangereux des blocs éclopés

Soldat_de_la_mort.jpg

Donc, on est bien d’accord, c’est bien de << guerre >> — une guerre qui se déroule dans un pays européen — dont il est désormais officiellement question à propos des évènements ukrainiens et de l’intervention russe en Crimée ?

<< Les forces russes accentuent leur pression, Kiev accuse Moscou d’actes de guerre >> (Le Monde, avec AFP et Reuters, 2 mars).

Mort au travail : les bonus ne font pas le bonheur

Li Junjie
Li Junjie, « junior trader », juste avant de sauter du toit de la JP Morgan à Hong Kong (Instagram)

Non, non, il n’y a pas que chez les salariés pressurés par leurs supérieurs de France Telecom ou de la Poste, chez les cadres en plein « burn-out’ de la régie Renault, que l’on se suicide allègrement au travail. Les banquiers, les patrons de PME n’y coupent pas non plus, apparemment.

Ukraine : la nouvelle grande guerre de l’Occident contre les forces du mal

Imaginez, vous êtes un quidam lambda. Vous venez de vous lever. Vous vous préparez nonchalamment un copieux petit déj’. Une grande radio nationale diffuse mécaniquement sa propagande matinale. Et là, vlan, au moment où le lard fumé commence à rissoler, vous vous prenez en pleines gencives les évènements sanglants d’Ukraine.