Politique : en route vers la chute du macronisme

On peut se désoler du flop des législatives 2022 en matière de démocratie et d’espoir pour l’avenir. Mais on peut toujours se réjouir de la panique des macronistes qui pensaient garder le pouvoir et qui le voient leur échapper. Le discours d’impuissance tenu ce soir par le président Macron en est un témoignage éclatant.

Mélenchon ne sera évidemment pas premier ministre. Le programme rafistolé de la NUPES – la révolution en restant dans l’UE, ça n’a pas de sens – ne sera bien sûr pas appliqué. Mais en face, Macron n’est plus qu’un président pantin dépourvu de réel pouvoir. Son échec à constituer un gouvernement d’union nationale est patent. Son ambition de trouver une majorité « plus large » est dérisoire.

Bienvenue dans le bordel ambiant

En face, faut dire, ils ne sont pas complètement crétins. Accepter de se laisser phagocyter par les combines d’un président diminué, c’est se condamner à l’asphyxie fatale. Les plus susceptibles de succomber, les Républicains, viennent d’ailleurs de se donner comme chef de file à l’Assemblée nationale l’un des plus farouches opposants au trou-du-cul élyséen : Olivier Marleix, dénonciateur du “pacte de corruption” dans le dossier Alstom et anti-pass vaccinal notoire.

En bref, Didier Maïsto avait raison : à défaut de mener à l’avènement d’une 6ème République, le résultat de ces législatives conduit à un retour fracassant vers la 4ème. Bienvenue dans le bordel ambiant. Mais qu’espérer de mieux pour précipiter l’effondrement si attendu du virus 5ème République et de son variant macroniste pourri ? Ce à quoi nous assistons aujourd’hui – et le discours d’impuissance de Macron le révèle – c’est au pourrissement politique du pays. Une sorte de blocage politique équivalent à un blocage économique par une grève générale.

A propos de Pierrick Tillet 4095 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.