lundi 28 novembre : zone de turbulences psychologiques

Avis de tempête sur les équilibres psychiques ! Étrange journée en effet que celle du lundi 28 novembre 2011. Les nouvelles les plus sombres s’y accumulèrent… laissant les “marchés” euphoriques !

L’OCDE annonça ce que tout le monde redoutait : la zone euro était entrée en « légère » récession (on appréciera ce précautionneux “léger” !) et menaçait l’équilibre économique de la planète toute entière.

Pire, au mieux l’année 2012 avait toutes les chances d’être une année sans (croissance). La France pas mieux.

Panique à bord !

Le chômage s’envolait à des niveaux records. En France, 34.400 demandeurs d’emplois supplémentaires en octobre, +4,9% sur l’année, rien que dans la catégorie A. (Les autres catégories ? Quelles “autres” ?)

Les taux obligataires allemands — oui, même allemands ! — amorçaient un mouvement vers le haut. (On se rappelle que le 23 novembre, l’Allemagne — oui, l’Allemagne — ne put lever que 3,9 milliards d’euros de dette à dix ans quand elle en cherchait impérativement 6.)

Et que dire des taux italiens atteignant des sommets « difficilement soutenables ».

L’agence Moody’s prévenait que la crise menaçait directement la notation de TOUS les pays européens (oui, oui, Allemagne comprise).

L’agence Fitch parlait elle d’abaisser la perspective sur la note des Etats-Unis à « négative ».

Face à l’accumulation des calamités, la France et l’Allemagne préparaient fébrilement leur énième sommet de la dernière chance prévue les 8 et 9 décembre prochains. Appelant d’urgence à un nouveau pacte de fonctionnement européen. 

Passons sur le fait, peccadille sans importance, qu’un tel changement suppose l’unanimité des pays membres !

« Si un ou deux pays de l’Union monétaire ne veulent pas participer, on ne se laissera pas retenir par eux » (un diplomate européen le 28 novembre)

Bref, tout de la panique à bord !

« Dopée par Thanksgiving et l’Europe »

Or, que firent les places boursières européennes en ce lundi bien noir ? Elles s’envolèrent à des niveaux records : le CAC 40 +5,46% et toute la zone euro à plus de 4,5% !

Quelle mouche euphorisante avait donc piqué nos “marchés” pour qu’ils soient pris d’un tel délire quasi cocaïnomane ?

Eh bien, une annonce parue durant le week-end dans le journal italien La Stampa, annonçant que le Fonds monétaire international préparait un plan de sauvetage de 400 à 600 milliards d’euros destiné à l’Italie (une fois trouvés, bien sûr, les malheureux 8 milliards promis à la Grèce depuis plus d’un an et toujours pas versés !)

Le FMI avait beau démentir l’existence de ce plan fumeux dès le lundi matin, rien n’ébranlait la foi chevillée des fidèles. Les “marchés” en leur cathédrales-bunkers entonnaient à s’en égosiller leur inébranlable hymne à la joie. Dieu — oui Dieu — ne pouvait décemment laisser tomber leur divin Système qui « comme tout Phénix » NE PEUT QUE « se relever de ses cendres » (Kiki21000) !

Trente-trois, dites trente-trois…

Pour ce qui est des bondieuseries, les États-Unis ne pouvaient être en reste : ce même sinistre lundi, croulant elle aussi sous les annonces alarmantes, Wall Street exultait (Dow Jones +2,59%, Nasdaq +3,52%), « dopée par Thanksgiving et l’Europe » (AFP le 28/11/2011 à 23h48).

Ah bon, si c’est Thanksgiving…