Ainsi va l'UE s'effilochant : le parlement néerlandais envisage officiellement une sortie de l'euro

Geert_Wilders.jpg
Geert Wilders, leader du Parti de la Liberté (PPV)
 

Pas que la France a être prise dans une tourmente électorale. Dans trois semaines, des législatives auront lieu aux Pays-Bas. Face à la menace du parti d’extrême-droite eurosceptique PPV, le parlement néerlandais encore en place a décidé… d’anticiper la menace en lançant une enquête sur la possibilité d’une sortie de l’euro !

L’enquête, tout ce qu’il y a d’officielle, sera supervisée par le Conseil d’État des Pays-Bas et est censée donner ses conclusions d’ici sept mois.

L’initiative est venue du parti Chrétien-démocrate, aujourd’hui dans l’opposition, mais qui a réussi à convaincre une majorité de parlementaire de suivre sa motion.

Explication par le parlementaire chrétien-démocrate Pieter Omtzigt :

« Les problèmes liés à l’euro n’ont pas été résolus. C’est une manière pour nous d’envisager de nouvelles options, sans tabou. »

Manière sans doute de couper l’herbe sous le pied du tonitruant Geert Wilders, le Le Pen local, trumpiste fervent et patron du PPV — (Parti de la LIberté… mais pas de celle de ses immigrés !). Les Pays-Bas n’entendent pas laisser aux seuls nationalistes étriqués le monopole du souverainisme.

Car le pays de la tulipe n’en est pas à son premier mouvement d’humeur contre la citadelle de Bruxelles. Rappelez-vous, c’est aux Pays-Bas que le non avait aussi triomphé en 2005 dans un référendum sur le projet de constitution européenne. Ce sont les Pays-Bas qui plus récemment manifestèrent officiellement leur défiance contre l’implication de l’UE dans le merdier ukrainien.

Ainsi s’effiloche la citadelle européenne morbide, rongée de l’intérieur, corrompue comme un Barroso passé sans transition de la Commission européenne à Goldmann Sachs, vacillante comme un Juncker. Vous verrez qu’un jour le qualificatif de “juncker” pourrait bien désigner un chef de bande foireux, tout comme est resté dans l’histoire le substantif “olibrius”, du nom d’un des tout derniers empereurs de feu l’Empire romain.