Le Grand jeu : ce nouvel ordre mondial qui se met en place...

nouvel_ordre_mondial.jpeg
 

La piteuse tentative de vrai-faux putsch de la CIA et du parti de la guerre a échoué, Trump a officiellement été nommé président. La rébellion des Grands électeurs n’a pas eu lieu malgré l’hystérie de dernière minute sur le “piratage” des élections par le méchant Vladimir. Dernière humiliation, c’est même l’hilarante qui a enregistré quelques défections !

Le Donald a désormais les mains libres pour engager le changement tectonique de la politique étrangère US. Rapprochement avec la Russie, rupture des relations djihadisto-américaines, peut-être même prise de distance avec les pétromonarchies… on comprend que le système impérial ait le blues. Toutefois, les bisbilles trumpo-chinoises et trumpo-iraniennes sont une sûre indication que le Grand jeu persistera, quoique à un degré moindre. Dans ce nouvel ordre à tendance multipolaire qui se met doucement en place, la Russie occupera sans doute une place centrale, devenant l’intermédiaire incontournable des relations entre Washington, Pékin et Téhéran. Au centre de l’Eurasie comme au centre de la diplomatie mondiale : l’empire du milieu façon rosskaia.

La prudence n’étant jamais superflue, Moscou vient d’accepter l’ouverture d’une “ambassade” du mouvement sécessionniste californien. Pour l’instant, le groupe en question est plus folklorique que son équivalent texan, mais il pourra toujours servir un jour ou l’autre, ne serait-ce que pour troller Washington si besoin était.

Ambassade justement, le premier diplomate russe en Turquie a, comme chacun sait, été assassiné dans une galerie d’art aux cris d’Allahu Akbar et d’Alep sera vengée. La réaction d’Ankara a été à la hauteur, donnant l’impression qu’Erdogan tient à la réconciliation russo-turque comme à la prunelle de ses yeux, rapprochement que le Kremlin ne remet pas en question. Poutine :

« Il est clair que ce meurtre est une provocation dans le but de saboter la normalisation des relations entre les deux pays ainsi que le processus de paix en Syrie promu par la Russie, la Turquie, l’Iran et d’autres pays. La réponse ne peut être que le renforcement de la lutte anti-terroriste : les bandits vont le sentir. »

Chose intéressante, la presse turque, désormais fidèle porte-voix du sultan, a accusé les États-Unis d’être derrière la tuerie via, sans surprise, le mouvement güléniste. Ça vaut ce que ça vaut sur le fond, mais c’est une nouvelle brique au mur sans cesse grandissant qui sépare Washington et Ankara et qui participe, là encore, au remodelage de l’ordre mondial.

Et puis il y a Berlin où mémère Merkel récolte une nouvelle fois la tempête qu’elle a semée. Le Néerlandais Wilders, déjà en tête de tous les sondages dans son pays, n’hésite pas (vos mains sont couvertes de sang). Difficile de lui donner tort sur ce point, tellement la naïveté de la grosse Bertha est confondante.

Nul doute qu’ailleurs en Europe, les partis dits “populistes” vont encore engranger, s’approchant doucement mais sûrement du pouvoir. Il ne nous appartient pas ici d’analyser le bien-fondé ou non de leur programme ; contentons-nous simplement de rappeler que cet anti-système est le cauchemar de l’empire en Europe et met en péril tout l’édifice qu’il a patiemment construit durant des décennies : construction européenne, OTAN, rupture avec la Russie, soumission aux pétromonarchies etc. La couverture il y a quelques semaines de The Economist, parangon du système impérial, ne s’y trompe pas :

nouvel_ordre_mondial_2.jpg
 

Terreur sur la ville, ils arrivent…

Un dernier mot sur la Syrie où la MSN s’est à nouveau ridiculisée après la prise d’Alep. Les « crimes jamais vus depuis la Seconde Guerre mondiale » et autre « humanité qui s’effondre » (chapeau à celui qui a trouvé la formule, il aura bien mérité de rejoindre Goebbels au Hall of Fame de la Propagandastaffel) ont fait un retentissant flop. Rien n’y a fait : ni les messages d’activistes bien connus transformés en appels désespérés de civils ni les photos truquées (la police égyptienne a d’ailleurs arrêté l’un de ces artistes qui prenait ses clichés d’enfants alépins sous les bombes à… Port Saïd !)

L’on sent d’ailleurs un découragement général des officines médiatiques, comme en témoigne le reportage étonnamment honnête et pertinent de France 2 il y a quelques jours. Pour ceux qui ne l’auraient pas vu :

Sur le front de la guerre syrienne, après un petit temps de pause, la campagne loyaliste va monter en puissance. Assad convoque des dizaines de milliers de réservistes, vraisemblablement pour occuper les sites conquis (Alep) et libérer ainsi les bataillons professionnels qui iront bientôt porter le fer à Idlib et/ou Palmyre. Par ailleurs, selon un journal russe, Poutine va envoyer en Syrie des forces d’élite tchétchènes. Tiens, tiens, nous en évoquions la possibilité l’année dernière… Officiellement, la mission consisterait à garder les bases russes, ce qui est ridicule. Opérations de renseignement voire opérations de combat contre les takfiris, voilà qui semble bien plus probable. Les barbus n’ont pas fini de perdre leurs poils…

=> Source : Le Grand jeu