Le Grand jeu : Vladimir Cortés

Quand Hernán Cortés débarqua sur les côtes mexicaines en 1519 et voulut s’enfoncer dans l’inconnu à la recherche de l’empire aztèque, il brûla ses navires pour obliger ses soldats à rester avec lui. Désormais, le Rubicon était franchi, tout retour en arrière était impossible…

C’est peu ou prou ce que vient de faire Vladimir Poutine, à la surprise quasi générale. Y compris celle de votre serviteur qui, il y a trois jours encore, pensait que le Kremlin s’arrêterait aux républiques séparatistes. Mais cela dépasse dorénavant largement, très largement le Donbass, relégué au rang de péripétie anecdotique. Exception faite de la parenthèse trumpienne qui a brouillé la donne durant quatre ans, le grand affrontement que l’on voyait poindre dès 2013-2014 arrive maintenant à maturation.

L’ours ne prend plus de gants, se fichant comme d’une guigne des énièmes sanctions occidentales (qui de toute façon étaient devenues un hobby quelque peu monotone) ou de l’arrêt du Nord Stream II (même si, chose intéressante, il est suspendu et non annulé, Berlin donnant même des indications de temps). C’est un tremblement de terre géopolitique, le rapprochement entre Europe et Asie étant maintenant repoussé aux calendes grecques.

Ce que veut Poutine est simple

La table est mise pour la grande explication entre l’empire thalassocratique et le Heartland eurasien, opposition toujours ignorée par l’immense majorité des commentateurs qui multiplient les explications vaseuses pour tenter de répondre à la question : “Que veut Poutine ?”

C’est pourtant simple. Et il suffit d’intégrer le facteur géographique dans la grille de lecture – ce qu’on nomme l’analyse géopolitique – pour comprendre que le maître du Kremlin ne cherche pas à reconstituer l’empire de la Grande Catherine (sic) ou n’est pas tombé dans une folie paranoïaque (re-sic). Il s’agit simplement de neutraliser l’Ukraine pour empêcher une certain grande puissance concurrente de s’y installer.

Cuba 1962 encore et toujours , comme nous l’expliquions avant que la crise n’éclate :

Toute la problématique est, évidemment, l’entrée dans l’OTAN et/ou l’installation de bases US aux portes de la Russie. Nos chers plumitifs feignent de se perdre en conjectures sur le sexe des anges alors qu’un enfant de 8 ans serait capable de comprendre la situation : une grande puissance a toujours refusé, refuse et – tuons le suspense – refusera toujours de voir une grande puissance rivale dans son étranger proche.

Le parallèle qui vient immédiatement à l’esprit, sauf dans les salles de rédaction apparemment, est la crise cubaine de 1962. Ce temps chaud de la Guerre froide consistait en l’installation de missiles russes sur la belle île caraïbe pour répondre, on l’oublie souvent, au déploiement de missiles américains en Turquie. La résolution de cette crise qui ébranla le monde n’est pas une victoire de Kennedy comme le voudrait la légende urbaine, mais un retrait mutuel (de Cuba et de Turquie), chacun s’abstenant de menacer directement le territoire de l’autre.

Et si Vladimirovitch est passé à l’action, on peut certes être surpris par la forme risquée, presque irrémédiable que prend l’intervention, non sa finalité qui, elle, n’a jamais varié.

En 2014, Poutine avait refusé d’annexer l’est de l’Ukraine

Après le putsch du Maïdan visant à installer à Kiev un gouvernement otano-compatible, votre serviteur a été le premier en France et peut-être au-delà à décrypter la stratégie de Moscou :

11 mai 2014 : Poutine ne reconnaît pas le référendum séparatiste du Donbass

C’est l’une des clés permettant de comprendre la stratégie de Poutine en Ukraine et pourtant, elle n’est jamais relevée. Et pour cause ! Ce serait revenir sur plus d’un an de désinformation systématique de nos faiseurs d’opinion qui se rengorgent sur le “danger russe” et “l’invasion russe de l’Ukraine”. Comment expliquer que Poutine n’ait pas reconnu le désir d’auto-détermination des séparatistes pro-russes du Donbass si l’on affirme dans le même temps qu’il cherche à annexer le Donbass ? Aïe, voilà un os pour nos propagandistes en herbe… Alors on évacue purement et simplement l’une des deux contradictions. Ce faisant, on condamne le public à ne rien comprendre à ce qui se passe là-bas.

Petit retour en arrière.

Après le putsch, le nouveau régime au pouvoir à Kiev est pro-occidental et, suivant le désir de ses parrains américains, veut prendre le chemin de l’Otan (plus que de l’UE d’ailleurs, ce qui montre l’imbécilité des dirigeants européens, bonnes poires dans toute cette affaire). À Moscou, on tremble. Perdre la base navale de Sébastopol, verrou stratégique de la Mer noire et ouverture sur la Méditerranée, pire, voir cette base devenir américaine ! Et voir l’Otan s’installer aux portes de la Russie, alors que promesse avait été faite en 1991 à Gorbatchev que l’alliance militaire n’avancerait pas vers l’Est. Impossible… La réaction de Poutine sera fulgurante (notons qu’il est en réaction dans toute cette affaire, pas en expansion) et se fera sur deux axes :

  • récupérer la Crimée et la rattacher à la Russie.
  • créer un conflit gelé en Ukraine même, paralysant Kiev et l’empêchant d’entrer dans l’OTAN.

Le premier volet est connu, inutile d’y revenir en détail. Un Khroutchev passablement bourré avait donné la Crimée à l’Ukraine d’un trait de plume, un soir de beuverie de 1954. Depuis la dislocation de l’URSS en 1991, la Russie louait (cher) la base de Sébastopol, accord qui était toujours susceptible d’être remis en question quand un gouvernement pro-US arrivait au pouvoir à Kiev. Suivant l’exemple occidental au Kosovo, Moscou a pris le prétexte (d’ailleurs réel) du droit à l’auto-détermination des peuples pour organiser le référendum de rattachement à la Russie. Apparemment, les Criméens ne s’en plaignent pas trop.

Mais c’est surtout le deuxième volet qui est intéressant. Poutine n’a aucune intention d’annexer l’est ukrainien, bien au contraire ! Son but était de créer un conflit gelé à l’intérieur des frontières ukrainiennes. Selon la charte de l’OTAN, un pays ayant un conflit ouvert ou gelé sur son territoire ne peut faire acte de candidature. Et ça, on le sait parfaitement à Moscou. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que le cas de figure se présente. Trois pays de l’ex-URSS ont, sous la direction de gouvernements formés aux États-Unis, fait mine de vouloir entrer dans l’organisation atlantique : Géorgie, Moldavie et Ukraine. Moscou a alors activé/soutenu les minorités russes en lutte contre le gouvernement central, les conflits gelés dans ces trois pays (Ossétie et Abkhazie en Géorgie, Transnistrie en Moldavie et maintenant Donbass en Ukraine) les empêchant d’entrer dans l’Otan. Ce que fait Poutine dans l’est ukrainien n’est donc que la réplique de ce que la Russie a déjà fait ailleurs, il n’y a aucune surprise. Pour lui, il est donc hors de question d’accepter que le Donbass se rattache à la Russie, contrairement aux sornettes racontées ici et là : il le veut à l’intérieur des frontières ukrainiennes. Statut d’autonomie, armement, soutien diplomatique, aide humanitaire… tout ce que vous voulez, mais à l’intérieur des frontières ukrainiennes !

Cela explique pourquoi Poutine était bien embêté lorsque les séparatistes pro-russes ont organisé leur référendum. Il a d’abord tenté de les en dissuader, puis il a refusé d’en reconnaître les résultats. Cela explique aussi que, contrairement à ce qu’on pourrait penser, Poutine est mal vu par les pro-russes du Donbass ainsi que par les courants nationalistes russes qui rêvent tous d’une Novorossia indépendante ou de son rattachement à la Russie.

Vladimir Vladimirovitch fait un numéro d’équilibriste, soutenant suffisamment les séparatistes pour qu’ils ne se fassent pas annihiler tout en douchant assez cyniquement d’ailleurs leurs espoirs d’un rattachement à la Russie, éliminant les leaders séparatistes indépendantistes (Strelkov, Mozgovoi, Bezner) pour les remplacer par des chefs plus enclins à se contenter d’une large autonomie (Zakarchenko, Givi, Motorola), le tout alors que Kiev (et les États-Unis derrière) font tout pour faire déraper la situation et que certains bataillons néo-nazis (Azov, Aidar, Tornado etc.) bombardent sciemment les civils russophones. Pour l’instant, Poutine s’en sort avec une maestria peu commune, mais seul l’avenir nous dira si l’équilibriste est finalement arrivé de l’autre côté.

Inutile de dire que ces passages avaient parfois valu à leur auteur d’être accusé de russophobie primaire et autres joyeusetés. Ils représentent pourtant une réalité factuelle, celle d’une stratégie cynique et géniale visant à stopper net la marche de l’Ukraine vers l’Otan.

Mais alors, se demanderont inévitablement certains, pourquoi l’actuelle escalade militaire ? La réponse est simple : parce que Moscou a jugé que le gel du conflit n’était plus une garantie suffisante.

Fin 2019, nous rapportions déjà que :

Le gel du conflit du Donbass inquiète les officines impériales qui commencent à évoquer l’idée d’abandonner purement et simplement l’est de l’Ukraine afin que le reste du pays prenne résolument le chemin de l’euro-atlantisme.

De fait, l’on sentait ces dernières années que l’entrisme otanien dans le pays ne s’embarrassait plus de ces considérations. Certes, techniquement parlant, Kiev ne pouvait prétendre rejoindre l’alliance, mais cela n’empêchait plus vraiment les deux appareils militaires de s’entremêler.

C’est ce qu’a expliqué en substance Poutine il y a deux jours, même si ça n’a évidemment pas été relevé par ceux qui préféraient jaser sur les exégèses historiques de Vladimirovitch (et dont ce dernier pourrait effectivement se passer car cela noie souvent son message) :

« Le commandement des troupes ukrainiennes et les systèmes de contrôle sont déjà intégrés avec ceux de l’Otan. Cela signifie que le commandement des forces armées ukrainiennes et même celui d’autres unités peut être directement exercé depuis le quartier général de l’Otan. L’activité de ces forces armées et des services spéciaux est dirigée par des conseillers étrangers, nous le savons.

Les États-Unis et l’Otan ont déjà commencé à exploiter sans vergogne le territoire ukrainien comme théâtre de potentielles opérations militaires (…) Sous des prétextes divers, des contingents de pays membres de l’Otan ont été constamment présents sur le territoire ukrainien ces dernières années.

Après le retrait américain du traité sur les missiles de courte et moyenne portée, le Pentagone ne cache pas son activité dans ce domaine, avec des missiles balistiques capables de toucher leur cible à plus de 5 500 km. Si de tels systèmes sont déployés en Ukraine, ils seront capables de toucher toute la Russie européenne. Des missiles balistiques lancés de Kharkov atteindront Moscou en 7 ou 8 minutes et ça ne prendra que 4 ou 5 minutes pour des missiles hypersoniques. C’est comme un couteau sous la gorge. »

De l’importance fondamentale de la géographie, encore et toujours…

Ce que déclare Poutine

D’autant que les ambitions nucléaires de l’Ukraine exprimées de-ci de-là depuis quelques années et avec de plus en plus d’insistance ces derniers temps n’ont pas non plus échappé à l’oreille attentive de l’ours. Poutine toujours :

« Nous savons que ces mots nous étaient principalement adressés et je tiens à préciser que nous les avons entendus (…) Des armes nucléaires tactiques en Ukraine représenteraient une menace stratégique pour nous. Vous pouvez facilement augmenter la portée de 110 km à 300 ou 500 km et Moscou serait dans la zone d’impact (…) L’Ukraine a de grandes compétences dans ce domaine, elle ne part pas de zéro, l’industrie nucléaire y est développée et performante. »

Aussi, le Kremlin a-t-il décidé d’éradiquer définitivement la menace perçue avec un programme d’une ambition assez folle et qui tient en trois points :

  • démilitariser
  • neutraliser
  • dénazifier

Sur ce dernier point, on voit bien qui est visé. S’ils sont attrapés, Azov, Pravy Sektor et autres joyeux drilles risquent de passer un mauvais quart d’heure (notons que Vladimirovitch a mentionné le massacre d’Odessa dans son discours).

Le pari risqué de Poutine

Pour le reste, on demeure cois devant l’ampleur de la tâche. Il s’agit ni plus ni moins de changer le régime à Kiev, même si Moscou laisse toujours la porte ouverte pour une reddition à ses conditions (ce qui expliquerait accessoirement que le gros des forces et le matériel le plus moderne n’aient pas encore été engagés).

Quant à la neutralisation future de l’Ukraine, les voies pour y parvenir restent assez mystérieuses. Une occupation directe et de longue durée semble à exclure, même si le gros tiers/la petite moitié russophone du pays poserait moins de problème qu’ailleurs. Installer un gouvernement croupion est possible, mais quelle serait sa légitimité ? D’autant que l’attaque actuelle braque forcément la population ukrainienne, même celle qui n’avait pas spécialement d’a priori contre le grand voisin. Inscrire la neutralité dans la constitution serait une solution à court terme mais ne garantit rien à plus long terme et la partie adverse – le Natostan pour ne pas le nommer – ne le reconnaîtra de toute façon jamais.

On imagine que les Russes ne se sont pas engagés dans ce pari risqué sans avoir quelques idées en tête mais bien malin qui pourrait dire exactement comment ces plans seront mis en œuvre.

Poutine n’attend plus rien de l’Occident

Toujours est-il que la rupture est durablement/définitivement (barrez la mention inutile) consommée avec Washington et ses dépendances européennes, d’autant qu’à Moscou, on a laissé de côté les subtilités de langage : à ceux « qui tenteraient d’interférer, la réponse sera immédiate et conduira à des conséquences que vous n’avez encore jamais connues ». L’utilisation par Poutine de ces menaces sans filtre, fait très rare chez lui, indique qu’il n’attend absolument plus rien de l’Occident.

Elle couvait depuis des années, on l’habillait de circonlocutions linguistiques mais le fait est là : la Guerre froide est de retour. Pas de quoi étonner le fidèle lecteur de nos Chroniques mais c’est maintenant plus ou moins officiellement admis. Les prochaines années risquent d’être sportives…

La traditionnelle “communauté internationale” chère à notre bonne presse condamne évidemment la Russie :

La “communauté internationale”

Ce que l’on en pense en dehors de la “communauté internationale”

Pour le reste de la planète, les réactions sont très partagées et parfois surprenantes.

Son appartenance aux BRICS n’a pas empêché l’Afrique du Sud de condamner l’offensive. Autre membre des BRICS, le Brésil a jonglé entre les déclarations, le vice-président Mourao blâmant Moscou avant de se faire fermement rappeler à l’ordre par Bolsonaro qui, lui, refuse de le faire.

La Chine, pourtant attachée viscéralement à l’intégrité territoriale, a apporté un étonnant soutien voilé à la Russie, refusant de désavouer l’intervention et critiquant les provocations continuelles de l’Otan. Même son de cloche du côté de l’Iran.

En visite à Moscou au moment même où les Kalibr [missiles russes, ndlr] commençaient à pleuvoir sur l’Ukraine, le leader pakistanais Imran Khan a parlé coopération et gaz. Il avait de toute façon déjà annoncé qu’il refusait de prendre parti et de choisir un camp. Son voisin indien a également refusé de critiquer Moscou, regrettant simplement l’escalade.

Israël a tergiversé pendant plusieurs jours avant de se ranger finalement derrière Washington. Petit malin, le président serbe s’en est lui sorti par une pirouette. Sollicité par Kiev pour condamner les agissements russes, il a répondu qu’il le ferait quand l’Ukraine condamnera l’agression otanienne de 1999 contre Belgrade. Autrement dit, jamais.

Un moment charnière du 21ème siècle

Il n’en demeure pas moins que plane une sensation assez inaccoutumée aux quatre coins de la planète, celle que l’on est en train de vivre un moment charnière qui conditionnera partiellement le reste du siècle. Il y aura vraisemblablement un avant et un après ce mois de février 2022.

Il y a cinq-cents-trois ans, Cortés brûlait ses vaisseaux et partait dans l’inconnu. Au bout du chemin, il finit par trouver gloire et richesses, mais sans sa chance insolente, l’entreprise aurait pu se terminer en fiasco complet. Qu’en sera-t-il du quitte ou double poutinien en Ukraine ? Nous entrons en des temps bien incertains…


=> Source : Le Grand jeu

A propos de Pierrick Tillet 4070 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.