Le dernier roman de Gilles Ascaride : de qui Gabriel est-il le double ?

Gabriel

D’abord, rétablissons une vérité historique : ce ne sont pas les éditions du Yéti qui ont fait le dernier roman de Gilles Ascaride, c’est Vie obscure de Gabriel qui a fait les éditions du Yéti. Quand Gilles Ascaride nous a envoyé son manuscrit, comme ça, en toute amitié, les éditions du Yéti n’étaient même pas dans nos têtes, ni le monde de l’édition non plus d’ailleurs. C’est la richesse littéraire de ce texte (et un petit abus de Pic Saint-Loup un soir chez l’auteur) qui nous ont donné l’idée de monter une maison d’édition d’un genre nouveau autour de ce chef d’oeuvre.

Et je pèse mes mots ! Nous sommes tout de suite tombés d’accord. Vie obscure de Gabriel était un authentique chef d’oeuvre littéraire. Et la moindre des choses était de le faire connaître. Puisque les autres éditeurs ne semblaient pas pressés de s’y atteler.

En gros, Vie obscure de Gabriel, raconte l’histoire d’un type, Gabriel, qui essaie de mettre de l’ordre dans le chaos intérieur de son existence. Exactement la démarche artistique tel que l’expliquait, je ne sais plus où, Henry Miller soi-même. Je paraphrase : l’artiste, c’est celui qui tire du chaos de l’existence un chef d’oeuvre.

Un auteur, son héros et le lecteur

Mais de qui Gabriel, le héros du roman de Gilles Ascaride, est-il le double ? La tentation est grande (mais un peu simpliste) de penser qu’il s’agit de l’auteur lui-même. C’est oublier que le bon acteur – qu’est aussi Gilles Ascaride – est celui dont le jeu est si convaincant que le spectateur finit à la fin par le confondre avec le rôle qu’il interprète. Pareil pour un écrivain de la trempe d’Ascaride avec son héros Gabriel.

Mais le machiavélisme artistique et littéraire d’Ascaride va plus loin. Au fil de la lecture, c’est le lecteur lui-même qui se découvre en Gabriel. Et, horreur, Gabriel est tout sauf sympathique. Bien sûr, il a des élans flamboyants, des passions exaltantes et exaltées, mais il a aussi quelques petits travers bien tordus et pas tout à fait reluisants. Un être humain en somme, vous, moi.

Le talent littéraire de Gilles Ascaride nous mène par le bout du nez. Ou bien nous abandonnons la lecture de ce roman, ébranlés par notre reflet Gabriel. Ou bien nous allons jusqu’à son terme et, riches de ce que nous venons de lire, nous acceptons d’être ce que nous sommes, les doubles de Gabriel, la créature littéraire trop humaine de Gilles Ascaride.

VIE OBCURE DE GABRIEL
Gilles Ascaride
roman

version papier – 210 pages, 14,49 €
version numérique : 6,49 €
A propos de Pierrick Tillet 3968 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.