Le système de retraite espagnol est sur le point de s’effondrer

Le système de retraite espagnol est sur le point de s’effondrer

Nouvelle secousse sismique en vue sur la scène européenne : le système de retraite espagnol est au bord de l’effondrement.

Une affaire de quelques mois, selon le très sérieux média allemand Deutsche Wirtschafts Nachrichten (DWN). Et encore, ce serait déjà fait dès cette année si le gouvernement Rajoy n’avait pas comblé en catastrophe le trou béant de la caisse de retraite espagnole par un prêt sans intérêt de 10,1 milliards d’euros. Mais ce prêt ne couvre que les versements de juin et décembre 2017. Quid en 2018 ?

Le plus drôle – enfin pas vraiment drôle – c’est que c’est le gouvernement espagnol lui-même qui a creusé ce trou, comme l’explique le spécialiste financier américain, Wolf Richter :

« Tout a commencé en 2012, lorsque le gouvernement a commencé à retirer des dépôts du fonds de retraite. Certains ont été utilisés pour combler des trous dans le budget de l’État, tandis que plusieurs milliards ont servi à compenser les déficits croissants du système de protection sociale. »

L’effondrement en cours se propage comme un cancer

Pour le DWN, les contrecoups de la déflagration sismique attendue en 2018 risquent fort de déborder les frontières ibériques pour se faire ressentir dans toute l’Union européenne. Dans l’affaire, la BCE met à la fois du baume et de l’huile sur les plaies espagnoles :

  • du baume en tenant artificiellement la tête de l’Espagne hors de l’eau par ses rachats d’obligations massives : le fameux quantitative easing de 80 milliards d’euros par mois dont une bonne partie profite à Madrid ;
  • de l’huile par les conséquences perverses de cette manne providentielle : des taux d’intérêts nuls, sinon négatifs, qui empêchent les fonds de pension et les banques espagnoles d’avoir des rendements suffisants pour fonctionner.

D’accumulation de dettes en rafistolages de (mauvaise) fortune, de délire planche-à-billets en déficits abyssaux, l’effondrement en cours se propage comme un cancer. Vous croyez avoir neutralisé les métastases ici, il en réapparaît de nouvelles là presque aussitôt.

=> Source de l’info : Deutsche Wirtschafts Nachrichten

Partager ce billet

<p>Un “voyageur à domicile” en quête du monde d’après.</p>