Jérusalem propulsée capitale d’Israël : l’aveu d’échec d’un Empire humilié

Jérusalem propulsée capitale d’Israël : l’aveu d’échec d’un Empire humilié

En bombardant Jérusalem comme capitale d’Israël, les États-Unis révèle l’ampleur de leur humiliation et de leur impuissance.

Passons sur le fait que cette proclamation ait été faite unilatéralement, sans même que le président du pays en question ne consulte ses vassaux européens, encore moins l’assemblée générale de l’ONU. On se demande même si Trump a préalablement avisé le gouvernement israélien de son initiative !

Si l’Amérique bafouée voulait donner une leçon d’autorité au bloc émergent Russie-Chine-Iran, c’est manifestement complètement raté !

Un soubresaut infantile et imbécile

Rappelons que les États-Unis sont en déroute sur à peu près tous les champs d’opérations où ils voulaient plastronner : englués en Afghanistan et en Irak, humiliés en Ukraine et en Syrie, tenus en échec au Venezuela, ridiculisés au Honduras par une présidentielle foireuse, nargués par la Corée du Nord… C’est tout juste s’ils arrivent encore à tenir les rênes de leur pouvoir effiloché au Brésil et en Argentine.

Que restait-il alors à l’ancienne puissance dominante que ce genre de soubresaut puéril, imbécile du caïd bafoué en cour de récré ? Installer son ambassade à Jérusalem, la belle affaire ! Peut-on me dire ce qu’une telle initiative hautement symbolique va apporter au déjà ex-“maître du monde” ?

Rien !

Rien, sinon mettre un peu plus d’huile sur le feu qui est en train de le consumer, en mettant ses alliés dans l’embarras, en ravivant la fureur justifiée des Palestiniens, en gonflant le rang des “barbares” qui ne rêvent que de lui rabattre le caquet – un rêve désormais de plus en plus à portée de la réalité.

 

 

Partager ce billet

<p>Un “voyageur à domicile” en quête du monde d’après.</p>