Vœux 2018 : spéciale dédicace à Hamidou et à tous les réprouvés de la vie

Vœux 2018 : spéciale dédicace à Hamidou et à tous les réprouvés de la vie

Vous vous rappelez Hamidou et ses soucis de renouvellement de papiers ? Eh bien, Mes vœux pour 2018 iront d’abord à lui, aux siens et à toutes les victimes (réfugiés, sans-papiers, précaires…) des viles saloperies que nous commettons à leur encontre. À ceux-là en particulier parce qu’ils en ont particulièrement besoin.

Mais nous n’oublierons pas non plus dans nos vœux les quelques Justes qui, à leurs risques et périls de notre maréchaussée et de notre justice, viennent en aide à ces réprouvés de la vie.

Ci-dessous le texte d’un de ces groupes d’opiniâtres défenseurs des droits de l’homme et du citoyen :

Bonjour,

En juin dernier, nous avons lancé un appel pour aider financièrement Hamidou.

Cet appel a été relayé sur ce blog. Dans la semaine de sa parution, nous avons récolté 1 000 euros.

Hamidou et les membres du collectif de Scaër remercient beaucoup tous ceux qui, de façon souvent anonyme, ont participé à cette collecte. Cette somme a été utilisée pour payer ses derniers loyers, ses factures d’électricité et autres… Au-delà de l’aspect financier, cette forme de solidarité et ces preuves d’humanité ont apporté beaucoup de chaleur et d’espoir dans ce monde froid de l’administration.

Après la décision du tribunal administratif de Rennes de valider les décisions préfectorales, Hamidou a fait appel. Cet appel n’étant pas suspensif, l’Obligation de quitter le territoire français (OQTF) reste en vigueur.

Hamidou, sa femme et sa fille sont donc partis à Paris y vivre dans la clandestinité afin d’éviter une expulsion de force.

La cour d’appel administrative de Nantes a statué le 22 décembre 2017. Elle a annulé les décisions du préfet concernant le non-renouvellement du titre de séjour et l’OQTF. Les juges ont considéré que le préfet du Finistère « a commis une erreur d’appréciation ». Non, Hamidou ne constitue pas « une menace pour l’ordre public » ! Le simple fait d’écrire cette dernière phrase paraît irréel quand on connait l’histoire et la personne d’Hamidou !

Cette décision du tribunal est un grand soulagement. Le préfet a de nouveau les cartes en main. Il peut contester la décision par un pourvoi en cassation ou alors réexaminer le dossier pour prendre une nouvelle décision. Nous souhaitons que l’année 2018 lui permette de retrouver un peu de bon sens et d’humanité.

Pour Hamidou, l’année 2017 a été très chaotique. On espère pour tous les Hamidou de tous les pays, que 2018 verra l’avènement d’un monde moins brutal et plus humain.

Les membres du collectif d’aide aux migrants à Scaër.

=> Lire aussi : Solidarité pour Hamidou et sa famille

Partager ce billet

Un "voyageur à domicile" en quête du monde d'après.