Venezuela : qui a tué qui

Venezuela : qui a tué qui

Les soulèvements au Venezuela ont fait à ce jour des dizaines de victimes (126 répertoriées entre le 4 avril et le 31 juillet. À en croire les médias occidentaux, le “régime” du président Maduro est entièrement responsable de toutes ses morts. Mais qui en vérité a tué qui ? Voici deux analyses qui infirment largement les idées assénées par nos médias. L’une émane du site Venezuelanalysis, l’autre de la chaîne publique vénézuélienne Telesur (publié en français par le site Initiative communiste).

L’étude de Venezuelanalysis

Le site Venezuelanalysis procède à une étude exhaustive, régulièrement actualisée. Voici son bilan actualisé au 31 juillet et portant sur 126 victimes (cliquer sur l’image pour voir l’étude en entier) :

Venezuelanalysis détaille ce bilan en allant jusqu’à indiquer le nom des victimes pour chacune des catégories de décès relevés :

Nombre total de décès : 126
Date dernière mise à jour : 31 juillet.

Décès causés par les autorités : 14
Gruseny Antonio Canelon, Daniel Queliz, Jairo Ortiz, Christian Ochoa, Diego Hernandez, Eyker Daniel Rojas Gil, Luis José Alviarez Chacón, Manuel Castellanos, August Sergio Pugas Velásquez, Juan Pablo Pernalete Lovera, Cesar David Pereira, Fabian Urbina, David Jose Vallenilla, Leonardo Gonzalez Barreto

Victimes directes des violences politiques de l’opposition : 23
Bryan Principal, Oliver Villa Camargo, Niumar Jose Sanclemente, Almelina Carrillo, Paola Ramirez, Jesus Leonardo Sulbaran, Luis Alberto Marquez, Efrain Sierra, Rexol Navas, Gerardo Barrera, Anderson Dugarte, Jorge David Escandon, Pedro Josue Carrillo, Danny José Subero, Orlando Figuera, Douglas Acevedo Sánchez, Ronny Alberto Parra, Alexander Rafael Sanoja Sanchez, Jose Luis Bravo, Ramses Martinez, Hector Anuel, Oneiver Quiñones Ramirez, Felix Pineda Marcano, Ronald Ramirez

Décès liés indirectement à des barricades de l’opposition : 8
Ricarda Gonzalez, Ana Colmenarez, Maria de los Angeles Guanipa, Angel Enrique Moreira Gonzalez, Carlos Enrique Hernández, José Amador Lorenzo González, Luis Alberto Machado, Miguel Angel Villalobos Urdaneta

Décès non attribués : 61
Miguel Ángel Colmenares, Mervins Guitian Díaz, Orlando Johan Jhosep Medina, Armando Cañizales, Juan Lopez, César Armando Guzman Jiménez, Socrates Salgado, Hecder Lugo, Miguel Castillo, Yeison Mora, Diego Arellano, José Francisco Guerrero, Edy Alejandro Teran Aguilar, Yoman Alí Bervecia Cabeza, Elvis Adonis Montilla Perez, Alfredo Carrizales, Miguel Bravo Ramirez, Freiber Perez Vielma, Juan Antonio Sánchez Suárez, Erick Antonio Molina Contreras, Adrian Jose Duque Vargas, Jhon Alberto Quintero, Manuel Sosa, Nelson Antonio Moncada Gomez, María Estefanía Rodríguez, Luis Miguel Gutierrez Molina, Yoinier Peña, Wilfredo José Mendoza Plaza, Neomar Lander, Jose Santiago Molleton Quintero, Jose Gregorio Perez Perez, Nelson Daniel Arévalo Avendaño, Isael Macadan Aquino, Jhonatan Jose Zavatti Serrano, Roberto Duran, Victor Betancourt, Alfredo Figuera, Fernando Rojas, Ruben Morrillo, Eduardo Jose Marquez, Engerberth Duque Chacon, Rubén Darío González Jiménez, José Luis Rivas Aranguren, Xiomara Escot, Robert Lugo, Andrés Uzcátegui, Ronny Tejera, Rafael Balsa Vergara, Enderson Caldera, Jose Miguel Pestano, Rafael Canache, Jean Carlos Aponte, Jose Cardenas, unnamed adolescent, unnamed adolescent, Angelo Mendez, Eduardo Olave,  Jose Sanchez, Luis Zambrano, Ricardo Campos, Haidar Ocando

Décès accidentels : 3
Paul Moreno, Luis Enrique Vera, Luigin Paz

Personnes tuées pendant des pillages : 14
Jairo Ramírez, William Marrero, Robert Centeno, Jonathan Meneses, Elio Pacheco, Kenyer Aranguren, Stivenson Zamora, Yorgeiber Rafael Barrena Bolivar, Albert Rodriguez, Ramon Martinez, Kevin León, Francisco González, Eduardo Quintero, Jose Gregorio Mendoza

Décès attribués à des civils pro-gouvernementaux : 3
Carlos Moreno, Renzo Rodriguez Rodas, Jhovanna Martínez

Enfin, Venzuelanalysis va jusqu’à décrire précisément les conditions de décès officiellement attribués selon son analyse (cf. site en anglais).

L’analyse de Telesur

La chaîne de télévision publique vénézuélienne Telesur fournit également une étude, plus favorable aux autorités vénézuéliennes et portant sur 123 victimes comptabilisées au 31 juillet 2017.

Telesur donne une précision intéressante sur la localition très limitée des décès (les États les plus riches du nord-ouest).

Enfin, Telesur décrit elle aussi précisément les conditions de décès de 123 victimes (description exhaustive traduite en français sur le site Initiative communiste).

L’analyse de Telesur (cliquer sur l’image pour la voir en entier) :

Conclusions

Dans l’une comme dans l’autre étude, il apparaît nettement que les morts attribués à des causes gouvernementales sont bien moindre que celles attribuées aux rangs de l’opposition.

Ces études fortement détaillées, émanent de deux sites de gauche. Elles peuvent bien évidemment être contestées. Je n’en ai trouvé aucune, contradictoire, émanant de l’opposition au président Maduro. Je publierai bien volontiers celles qui fourniraient des précisions inverses.

Partager ce billet

<p>Un “voyageur à domicile” en quête du monde d’après.</p>