Union européenne : le cynisme cruel des dirigeants de Castorama et de Brico Dépôt

Union européenne : le cynisme cruel des dirigeants de Castorama et de Brico Dépôt

Hits: 2660

Le pire est que ce n’est même pas une blague ! Les dirigeants de Castorama et de Brico Dépôt contraignent leurs salariés licenciés pour cause de délocalisation à former les employés polonais qui vont les remplacer.

Et ces salariés n’ont pas d’autre choix que de se plier à cette sinistre contrainte s’ils ne veulent pas voir la raison économique de leur licenciement transformer en faute professionnelle les privant d’indemnités.

Merci qui ? Merci l’Union européenne. Car ce sont bien les règles de l’UE qui permettent ce genre d’obscénité.

L’Union européenne : une régression sociale historique

Ce sont les règles de l’UE qui permettent la course aux salaires les plus bas possibles.

  • France : salaire minimum de 1445 euros.
  • Belgique : salaire minimum de 1501 euros.

Grâce aux règles de l’UE, les patrons français ou belges peuvent  délocaliser sans le moindre problème tout ou partie de leurs activités vers des pays européens ayant un salaire minimum dérisoire.

  • Pologne : salaire minimum de 387 euros.
  • Hongrie : salaire minimum de 344 euros.
  • République tchèque : salaire minimum de 327 euros.
  • Roumanie : salaire minimum de 190 euros.

Grâce à l’Union européenne et à ses règles scélérates, nous assistons dans notre pays à une des pires régressions sociales de notre histoire.

Partager ce billet

Mes priorités : sortir de l’Union européenne, sortir de l’euro, sortir de l’Otan.