Un difficile mais indispensable travail de résilience s’impose désormais

Des déchaînements climatiques, de plus en plus violents et nombreux, dus en grande part à l'inconséquence des activités humaines, rajoutent une note dantesque au spectacle de la fin du monde capitaliste (ici les tornades qui ont ravagé le centre des États-Unis le 12 décembre 2021 - photo AFP).

L’effondrement du monde occidental capitaliste étant acquise, reste à accomplir son deuil. Celui-ci passe par un travail de résilience, encore largement entravé par les derniers sursauts de la civilisation moribonde.

Ultimes convulsions du vieux monde

Les maîtres de l’ancien monde s’accrochent à son cadavre à coups de mesures autoritaires, aussi malsaines que désespérées. Beaucoup d’entre eux misent leur va-tout sur un “Big reset » miraculeux qui remettrait sur pied leur machine défaillante. Mais il est clair qu’ils n’ont ni les compétences, ni les moyens, ni l’intelligence pour parvenir à leurs fins. Le spectacle politico-médiatique relève desormais d’une pantomime grotesque où la démence cotoie l’ignoble.

Dans sa grande majorité, la société civile, tétanisée, refuse encore elle aussi d’admettre la mort de sa “vie d’avant”. Dans un réflexe régressif qui rajoute au drame, elle tente de la perpétrer en cédant à une obligation vaccinale qui procède du charlatanisme commercial autant que de la manipulation politique.

Passer de la colère à la résilience

Mais alors où trouver les signes d’un début de résilience, d’une amorce d’accomplissement d’un deuil, sans lequel la tragédie sera plus cruelle encore ? Pour l’heure, de nombreuses manifestations de colère éclatent aux quatre coins de l’empire dissolu.

C’est peu dire que ces manifestations sont salutaires. Mais il s’agit encore d’un réflexe d’opposition, d’une démonstration désespérée contre un existant insupportable qui n’en finit pas de mourir.

Le travail de résilience, lui, commencera quand le stade de la colère, de la douleur, aura été dépassé, quand l’esprit enfin apaisé et résolu à passer à l’étape suivante sera en mesure d’envisager l’avènement du monde nouveau. Nous n’en sommes pas encore arrivés à ce stade. Mais c’est à cette tâche que les rescapés du désastre doivent à présent s’employer, sauf à être emportés dans la tourmente.

À l’origine du réveil populaire en France, les Gilets jaunes sont toujours sur la brèche, quoi qu’en disent les spectres : ici au rond-point Le Kaligone, Mulhouse, le 14 décembre 2021 (photo : Christiane Vautrelle-Penaceque).
A propos de Pierrick Tillet 3966 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.