Tous les matins au rond-point du Kaligone, Kingersheim, Alsace…

le rond-point du Kaligone

C’est devenu un rituel. Tous les matins, je les attends avec impatience. Et je peine quand d’aventure elles tardent à s’annoncer. Mais elles finissent toujours par arriver.

Elles, ce sont les cartes postales qu’envoie chaque matin Christiane Vautrelle-Penaceque, la Gilet jaune du rond-point du Kaligone, Kingersheim, Alsace, au groupe Facebook du Yéti. Je m’empresse de les publier. Un éclair quotidien dans la grisaille.

La petite raison de vivre qu’aucun pass sanitaire ne fait taire

Depuis le 16 octobre, les Gilets jaunes ont entrepris de réinvestir les ronds-points. Et d’animer les manifestations hebdomadaires du samedi. On me souffle – surtout les médisants et les absents – qu’ils ne sont pas nombreux. En tout cas, beaucoup moins qu’en leur heure de gloire de novembre 2018.

Et alors ? Ce qui est à déplorer, aujourd’hui, ce n’est pas le faible nombre de Gilets jaunes présents sur les ronds-points ou dans les manifestations, mais la quantité des absents. S’il est une tare, aujourd’hui, ce n’est pas la rareté d’une présence, mais l’abondance de l’absence.

Il est sept heures du matin. Et déjà, j’attends la carte postale du jour de Christiane Vautrelle-Penaceque. Honneur à vous, amis du rond-point du Kaligone ou d’ailleurs, vous êtes l’honneur de notre pays en pleine déconfiture, notre petite raison de vivre qu’aucun pass sanitaire ne fait taire.


A propos de Pierrick Tillet 3965 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.