Sites parodiques : quand la réalité rejoint la caricature

Sites parodiques : quand la réalité rejoint la caricature

Branle-bas de combat chez les Macroniens, dynamités par de dangereux sites parodiques qu’ils veulent absolument faire interdire au nom de la lutte contre les “fake news”.

Du Gorafi au Journal de l’Élysée en passant par nordpresse.be et Enlysée (boutique en ligne parodiant celle de l’Élysée), les assaillants pullulent et les assaillis vacillent.

Comme l’argent, les “sociétés anonymes à responsabilité limitée” ou les dieux, le pouvoir politique procède de ce que l’on appelle les “réalités imaginaires”. Contrairement aux vraies réalités, les réalités imaginaires n’existent que dans la mesure où l’on croit en elles et où l’on s’y soumet. Que l’on n’y croit ni ne s’y soumette plus et elles s’effondrent.

La parodie ne date pas d’hier. L’art de la dérision fut jadis utilisé pour magnifier le pouvoir existant (les fous du roi). La dérision sert aussi de soupape de décompression face à un pouvoir dont l’autorité s’impose. Jamais la parodie ou la dérision ne parvinrent à entamer l’autorité d’un De Gaulle ou même d’un Mitterrand.

Il en fut déjà autrement avec un Giscard D’Estaing empêtré dans l’affaire des diamants de Bokassa et qui ne s’en releva pas. Et les parodistes n’eurent aucun mal à déboulonner ces statuettes en très mauvais plâtre que furent Sarkozy ou Hollande.

Les Coluches d’aujourd’hui

Ce qui fit la force redoutable d’un Coluche, c’est qu’il parvint à hisser la parodie au niveau de ses têtes-de-turcs favorites, au point même de pouvoir envisager de les concurrencer sur le terrain d’une très sérieuse élection présidentielle.

Mais aujourd’hui, la situation est tout autre. C’est la réalité (imaginaire) du pouvoir macronien, ridicule, grotesque, qui est en train de rejoindre sa propre parodie. Au point que l’on ne parvient plus à distinguer l’une de l’autre :

Le problème des Macroniens en péril, c’est que le public tient désormais pour VRAIES autant leurs déclarations réelles que les parodies qu’en donnent les Coluches d’aujourd’hui. Qu’ils parviennent ou non à faire taire certains de ces sites parodiques, vous pouvez dire que question réalité imaginaire et crédibilité de leur autorité, c’est mort de chez mort pour la Macronie en pleine déconfiture.

VRAI
FAUX (mais pas tant que ça !)

Partager ce billet

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.