Syrie : opposition “modérée” et forces US au côté de Daesh à Deir ez-Zoor ?

Syrie : opposition “modérée” et forces US au côté de Daesh à Deir ez-Zoor ?

J’emboite ici le pas au Grand jeu pour vous livrer ce billet de Zero Hedge sur ce qui se passe à Deir ez-Zoor, dernier carré de territoire syrien encore tenu par Daesh, avec apparemment le soutien actif des “Forces démocratiques syriennes” (le SDF, mené principalement par des Kurdes) et des Forces spéciales US.

Infos à prendre bien sûr avec le recul qui va de soi, mais que vous ne risquez pas de trouver dans nos merdias, même si ces infos sont vérifiées.


La Russie publie des photos montrant les Forces spéciales US présentes sur des positions de Daesh en Syrie

Le ministère russe de la Défense a publié des images aériennes censées montrer Daesh, le SDF et les Forces spéciales américaines travaillant côte-à-côte sur le champ de bataille contre les forces syriennes et russes à Deir ez-Zoor en Syrie.

Tweet ministère russe de la Défense

Comme l’affirme Adam Garrie dans The Duran, on soupçonne depuis longtemps que la milice pro-américaine SDF opère en collusion avec Daesh dans différentes régions de Syrie. C’est particulièrement le cas à Deir ez-Zoor. Le ministère russe de la Défense a déclaré précédemment que l’Armée arabe syrienne et ses alliés ont été bombardés intensivement depuis des positions tenues par le SDF à Deir ez-Zoor.

Par ailleurs, le porte-parole du ministère russe de la Défense, le major-général Igor Konashenkov, a récemment déclaré :

« Les militants du SDF travaillent aux mêmes objectifs que les terroristes de Daesh. Les drones et les services de renseignements russes n’ont enregistré aucune confrontation entre Daesh et la “troisième force”, le SDF. »

Il a ajouté que la Russie n’hésiterait pas à cibler les forces du SDF qui menaceraient la progression sur le champ de bataille et la sécurité personnelle des alliés russes, à savoir l’Armée arabe syrienne.

D’autres enquêtes rapportent que des hélicoptères militaires US ont établi un pont aérien pour évacuer des commandants connus de Daesh face à l’avance de l’Armée arabe syrienne sur l’ancien bastion se Daesh à Deir ez-Zor. Au même moment, les États-Unis envoyaient leurs alliés kurdes de Raqqa à Deir ez-Zor, dans un mouvement qui avait tout d’une tentative pour empêcher les forces syriennes de libérer un territoire reconnu légalement comme le leur.

Aujourd’hui, le ministère russe de la Défense publie une déclaration illustrée par 12 photos montrant comment les forces SDF travaillent aux côtés des forces spéciales américaines dans les zones contrôlées par Daesh sans affronter la moindre résistance de ce dernier. En outre, aucune des forces dirigées par les Américains ou les Kurdes n’a pris la peine d’établir des positions défensives, ce qui indique que leur coopération avec Daesh dépasse le cadre d’une simple trêve perverse. En d’autres termes, le SDF, les Forces spéciales américaines et ISIS se comportent entre eux de la même manière que le feraient des alliés.

Voici le communiqué officielle du ministère russe de la Défense sur la question :

Les unités des Forces d’opérations spéciales #US (#SOF) permettent aux unités des Forces démocratiques syriennes (#SDF) soutenus par des États-Unis d’avancer sans problème à travers les formations de Daesh.

Sans aucune résistance des militants de Daesh, les unités #SDF progressent le long de la rive gauche de #l’Euphrate vers #Deir_ez_Zor.

Les photos aériennes prises les 8-12 septembre sur les positions de Daesh montrent un grand nombre de véhicules américains #Hummer utilisés par les #SOF américaines.

Les clichés montrent clairement que les unités SOF américaines sont établies dans des forteresses équipées par les terroristes de Daesh. Sans qu’il n’y ait eu aucun constat d’attaques, de combats ou de frappes aériennes menées par la coalition pro-américaines pour chasser les militants islamistes.

Bien que les bastions américains soient situés dans les zones tenues par Daesh, aucune patrouille de reconnaissance n’a été organisée sur ces zones. Cela donne à penser que les #troupes_ US se sentent en sécurité dans les régions contrôlées par les terroristes.”

Cela démontre que, malgré la comédie de Donald Trump annonçant vouloir abandonner la politique d’aide aux  groupes djihadistes, non seulement cette politique ne change pas, mais la réalité inclut désormais une collusion à grande échelle avec Daesh sur le champ de bataille.

Cela permet également d’expliquer pourquoi, en juin de cette année, les forces SDF ont permis aux terroristes de Daesh de quitter tranquillement Raqqa pour se diriger vers Deir ez-Zoor, un endroit qui est maintenant sans aucun doute la plus grande et dernière forteresse qui reste à Daesh dans l’est de la Libye.

Aujourd’hui, non seulement ce sont nos procurations qui permettent à Daesh de se retirer tranquillement, mais ils se sont visiblement regroupés sur ce champ de bataille. Ces réalités corroborent aussi l’histoire de ces combattants SDF blessés lors d’une frappe menée par la Syrie contre des cibles Daesh parfaitement identifiées. Comme je l’ai déjà écrit dans The Duran, c’est parce que les militants du SDF se battent à côté de Daesh.

Le fait est que les Kurdes du SDF et Daesh partagent désormais les mêmes objectifs stratégiques, en dépit de leurs différences idéologiques apparentes. Les deux cherchent à empêcher de manière agressive et illégale la Syrie de récupérer la souveraineté de son territoire et ce faisant, les deux remettent en question l’unité et l’intégrité territoriale de la République arabe syrienne. De même, l’idéologie de chaque groupe est opposée à la Constitution arabe de Syrie, cherchant plutôt à jeter les bases d’idéologies sectaires dans les domaines qu’ils cherchent à annexer illégalement.

Plus inquiétant encore, les deux groupes collaborent clairement ensemble et avec les États-Unis, dans une guerre par procuration contre la Syrie et contre les intérêts et la sécurité de ses alliés, y compris la Russie et l’Iran.

Ce qui n’était avant qu’une hypothèse, est maintenant aussi clair que les photographies en couleur publiées par le ministère russe de la Défense.

Photo russe 1

Cela prouve que l’acteur hollywoodien Morgan Freeman avait raison : les États-Unis et la Russie sont en guerre, mais une guerre par procuration, avec Daesh en guest star.

=> Source : Zero Hedge

 

Partager ce billet

<p>Un “voyageur à domicile” en quête du monde d’après.</p>