Russie 2018 : ben oui, je regarde le foot, et alors ?

Russie 2018 : ben oui, je regarde le foot, et alors ?

À chaque Mundial de foot, c’est la même chose : les donneurs de leçons sortent de leurs gonds et fustigent l’opium du peuple au nom duquel ils parlent si souvent.

Voilà que pour ceux-là, le “peuple” en question serait soudain devenu une vulgaire “meute” de “dégénérés” et de “moutons” écervelés à qui on en profiterait pour faire tout avaler.

Il aurait pourtant suffi aux donneurs de leçons, pour se convaincre du contraire, d’assister à la dernière finale de coupe de France, quand le président Macron, en remettant le trophée à l’équipe victorieuse, s’est fait copieusement huer par toutes les travées du stade (sauf peut-être la tribune officielle).

À propos de jeux du stade, on leur rappellera aussi que le geste de deux sprinters américains levant leurs poings gantés eut un impact subversif planétaire bien plus considérable que ne l’aura jamais leur activisme révolutionnaire confidentiel.

Vous savez sur quoi je lis les commentaires des matchs de ce Mundial ? Sur Cubadebate, un webmagazine de l’île révolutionnaire castriste. Le foot est loin d’y être le sport le plus populaire (le base-ball – un sport US ! – vient avant), mais ils n’en ratent pas une miette et leurs analyses sont d’une pertinence rare. Croyez-vous pour autant qu’ils soient vendus aux intérêts des méchants capitalistes ?

Doit-on condamner les passions humaines parce que des salopiots les pervertissent ?

Que des gougnafiers tentent de récupérer toutes les passions humaines pour vendre leurs salades ou faire passer leurs saloperies, c’est évident. Bien sûr que l’argent du foot est obscène. Bien sûr que d’aucuns vont tenter de profiter du succès éventuel de leur équipe pour tenter de redorer leur blason politique bien terni.

Et alors ? Doit-on condamner les passions humaines parce que des salopiots les pervertissent ? Le foot, ce n’est pas seulement du pognon et de la dope, c’est aussi la passion de mômes qui vont taper le ballon (même en chiffon) à la première occase. Et c’est aussi ceux-là, de 7 à 77 ans et des poussières, qui ne rateront pas un match de la Coupe du monde en Russie. Au nom de je ne sais quelle éthique étriquée vous arrogez-vous le droit de leur gâcher le plaisir ?

On a parfaitement le droit de ne pas aimer le foot, bien sûr, mais de là à lâcher vos anathèmes de commissaires politiques sur ceux qui y ont goût, vous devriez faire gaffe, les gars : non seulement vous êtes chiants, mais votre révolution, vous allez pouvoir continuer un bon bout de temps à vous la ruminer tout seuls dans vos réduits. Le peuple, lui, n’est peut-être pas toujours aussi malin que vous, mais il se fout de vos aigreurs comme de son premier maillot de minime.

Partager ce billet

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.