François Ruffin : “La rue face à l’argent, c’est la seule réponse qu’on a !”

François Ruffin : “La rue face à l’argent, c’est la seule réponse qu’on a !”

Premier épisode gagnant : les manifestations du 12 septembre, organisées dans toute la France par la CGT ont été un succès. “Ils l’ont l’argent, on a les gens”, résume le député FI François Ruffin.

Un petit résumé en chiffres de la journée du 12 :

Manif du 12 septembre 2017

Bon d’accord, on sait, une manif de rue, même d’une vaste ampleur, ne suffit pas forcément à faire plier un régime, surtout quand ce régime, présidé par un trouducul comme Macron, présentement en train de faire son mariole médiatisé post-ouragan à Saint-Martin, n’a strictement aucun pouvoir et sert servilement la soupe à Bruxelles (Commission européenne), à Francfort (BCE) et à Berlin (Merkel, la vraie chef).

D’accord, la rue n’a pas sauvé la retraite à 60 ans, n’a pas empêché la loi Travail 1 (dite “el-Khomri”).

Toutes les conquêtes sociales sont nées dans la rue

Mais en même temps, citez-moi une seule avancée sociale ou politique qui ne soit pas d’abord née dans la rue ! Toutes, du renversement de la monarchie en 1789 aux congés payés, en passant par le travail des enfants, la limitation du temps de travail, les lois d’émancipation féminine, la Sécu, la retraite… toutes, absolument toutes, ont été conquises dans la rue, parfois sur les barricades.

Dans les urnes, ce sont toujours les majorités couilles molles et paniquées de la vie qui gagnent. La preuve : Macron à la tête de l’État… après des crétins comme Chirac, Sarkozy et Hollande, quel exploit ! Ceux qui vous disent que les manifestations de rue ou les grèves sont des prises d’otages d’usagers, ou encore des actes illégitimes contre un président ou un parlement élu, sont des enfoirés, point !

Alors tous dans la rue, à commencer par le 23 septembre prochain avec la France insoumise !

François Ruffin :

“La rue face à l’argent, c’est la seule réponse qu’on a !”

Partager ce billet

<p>Un “voyageur à domicile” en quête du monde d’après.</p>