L’immense responsabilité des électeurs français dans l’assassinat de leur République

L’immense responsabilité des électeurs français dans l’assassinat de leur République

Depuis 1985, les électeurs français votent pour des dirigeants qui ne dirigent plus rien, dans une République qui s’est dissoute dans une Union européenne échappant à tout contrôle populaire.

1 – L’accord de Schengen

Le 14 juin 1985, les gouvernements du Royaume de Belgique, de la République Fédérale d’Allemagne, de la République Française, du Grand-Duché du Luxembourg et du Royaume des Pays-Bas signent l’accord de Schengen. Ils suppriment les contrôles aux frontières intérieures de ces cinq pays. Ils mettront dix ans pour entrer en vigueur.

Le 26 mars 1995, un gigantesque territoire est né : l’espace Schengen.

Espace Schengen (carte)
Espace Schengen

Depuis 1985, à chaque élection, les électeurs français ont TOUJOURS voté pour des hommes politiques favorables à l’accord de Schengen.

2 – Le traité de Maastricht

Le traité de Maastricht a été soumis au référendum en 1992.

« Le 20 septembre 1992, le oui l’emportait, mais seulement par 50,81 % des suffrages exprimés en métropole, 417 000 voix d’avance ! Première constatation : il y avait une sorte de fracture entre les dirigeants politiques du pays, dont la très grande majorité avait appelé à voter oui (434 députés, 210 sénateurs, 19 présidents de région, les Églises, les syndicats – sauf évidemment la CGT dont la position s’alignait sur celle du Parti communiste – la plupart des éditorialistes des grands journaux…) et, de l’autre côté, l’électorat, dont la moitié avait voté non ! »
(Jean-Jacques Becker, Nouvelle histoire de la France contemporaine, Seuil Points Histoire, page 600)

Le traité de Maastricht stipule que la politique de défense de la France doit rester dans le cadre de l’OTAN.

« La politique de l’Union européenne respecte les obligations découlant du traité de l’Atlantique Nord pour certains États membres qui considèrent que leur défense commune est réalisée dans le cadre de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) et elle est compatible avec la politique commune de sécurité et de défense arrêtée dans ce cadre. »

En clair :

Depuis 1992, la République française ne contrôle plus les lois nationales, la République ne contrôle plus les frontières nationales, la République ne contrôle plus la monnaie nationale, la République ne contrôle plus la défense nationale.

Mais depuis 1992, les électeurs français ont TOUJOURS voté pour des hommes politiques favorables au traité de Maastricht.

3 – Le référendum de 2005

Lors du référendum de 2005 sur le projet de constitution européenne, les électeurs français semblèrent se révolter en votant non à ce projet que les élites dirigeantes de leur pays voulaient absolument leur imposer.

Ces élites dirigeantes piétinèrent sans vergogne le résultat de ce référendum.

Mais depuis 2005, les électeurs français continuent de voter pour ceux qui les ont spoliés.

Conclusion :

Depuis le traité de Maastricht et encore plus depuis la signature du traité de Lisbonne le 13 décembre 2007, la République se soumet aux décisions prises à Berlin pour les questions politiques. La République se soumet aux décisions prises à Francfort pour les questions monétaires. La République se soumet aux décisions prises à Washington pour les questions de défense.

Alors arrêtons de parler de la République.

La République est morte depuis belle lurette.

Et les électeurs français portent une large responsabilité dans cet assassinat.

Partager ce billet

Mes priorités : sortir de l’Union européenne, sortir de l’euro, sortir de l’Otan.