Réfugiés : Gérard Collomb en passe de succéder à Heinrich Himmler

Réfugiés : Gérard Collomb en passe de succéder à Heinrich Himmler

Une « Journée internationale des droits de l’homme » bafouée par Macron et son ministre Collomb, chasseur de réfugiés.

Emmanuel Macron écrit sur Twitter : « Journée internationale des droits de l’homme : les droits universels, l’égalité entre les femmes et les hommes et les libertés fondamentales sont au cœur de mon action. C’est notre combat, chaque jour. »

Médecins du Monde lui répond très sèchement : « Au-delà des postures, vous organisez le tri entre les sans-abri, vous harcelez les migrants à Calais et ailleurs, vous poursuivez les citoyens solidaires. Vous vous apprêtez à ouvrir des brèches dans le Droit d’asile. Difficile de célébrer ce jour. »

Le 8 décembre Gérard Collomb annonce que le gouvernement veut exclure les sans-papiers des hébergements d’urgence. Il présente en effet son projet de circulaire qui revient sur l’accueil inconditionnel des plus précaires pour les « éloigner ». Pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale, et c’est une première qui mérite d’être soulignée au rouge, la police va intervenir dans les centres d’hébergement d’urgence où sont accueillies pour leurs besoins vitaux les personnes les plus précaires.

Une quinzaine d’associations claquent la porte de la réunion au ministère de l’Intérieur. Une quinzaine, tu penses que c’est trop peu ? Faisons un tour rapide d’une partie de ces claqueurs de porte.

  • L’Uniopss (Union Nationale Interfédérale des œuvres et Organismes Privés non lucratifs Sanitaires et Sociaux) regroupe 75% des organisations de solidarité à but non-lucratif, 25 000 établissements et 750 000 salariés.
  • La FAS, fédération des acteurs de la solidarité, ex-FNARS, regroupe 870 associations et 1500 établissements d’hébergement et de réadaptation sociale.
  • La Cimade est une vieille dame créée en 1939 dans le but de secourir les réfugiés. Son nom d’origine (Comité Inter-Mouvements Auprès Des Évacués) vient de sa première activité au secours des Alsaciens et Lorrains fuyant les armées d’Hitler.
  • Le Secours catholique, avec ses milliers d’antennes, regroupe 67 000 bénévoles. L’athée que je suis a dressé un monument aux mémés du Secours catholique.
  • La FEP, Fédération de l’entraide protestante, vient d’adresser, avec le Secours Catholique, une lettre au Président de la République où les deux organisations s’inquiètent d’« un renoncement sans précédent aux valeurs et aux traditions humanistes de la République ».
  • Médecins du Monde est engagé en France auprès des réfugiés notamment à Paris, à Calais et à Nice/frontière italienne.
  • Emmaüs, créé en 1949 par l’Abbé Pierre, regroupe 284 structures avec 18 000 personnes qui pratiquent depuis leur création l’accueil inconditionnel.
  • La Fondation Abbé Pierre publiera en janvier prochain son 23e rapport annuel, la bible de l’état du mal-logement en France. C’est la FAP qui a inventé et imposé l’usage courant du mot mal-logement.

Si tu viens pour des raisons économiques, je te laisse te noyer !

« Héberger dès qu’il y a détresse sans se référer au statut administratif, c’est dans l’ADN des associations d’action sociale depuis le XIXe siècle », rappelle Florent Gueguen de la Fédération des acteurs de la solidarité. Ce principe de l’accueil « inconditionnel » est d’ailleurs inscrit dans le Code de l’action sociale et des familles. « Pour nous, il n’est pas négociable », ajoute Patrick Doutreligne, président de l’Uniopss.

Le Centre Primo Levi, qui soigne des personnes victimes de torture, lance un tweet rageur : « M. Collomb, vous traquez les “mauvais migrants” jusque dans les centres d’hébergement d’urgence. Et bientôt, dans les centres de soins pour victimes de torture ? »

Jacques Toubon le Défenseur des droits, un ancien ministre de Chirac, passerait presque pour un militant No Borders quand il dit sur France Inter le 18 décembre 2017 : « Toute personne sans abri en situation de détresse médicale, psychique ou sociale, a accès à tout moment à l’hébergement d’urgence. Voilà. C’est ce que l’on appelle l’accueil inconditionnel, et les droits fondamentaux sont souvent des droits inconditionnels. »

Le site du Défenseur des droits insiste : « La politique migratoire actuelle est sous-tendue par la volonté de séparer des “bons” réfugiés, ceux qui peuvent effectivement prétendre à une protection au titre de l’asile, et des “mauvais” migrants, dits “économiques”. Le Défenseur des droits n’a de cesse de dénoncer cette distinction. »

« Tous devraient venir regarder ces visages terrifiés, toucher ces mains tendues. Personne ne peut voir ça sans avoir envie d’aider. Et non de demander : Attends, toi, tu viens d’où ? De Côte d’Ivoire ? Désolé, si tu viens pour des raisons économiques, je te laisse te noyer ! » (Guisi Nicolini, maire de Lampedusa)

Le tri des êtres humains a une histoire. Gérard Collomb veut-il succéder à Heinrich Himmler, l’architecte du système concentrationnaire nazi et le grand organisateur de la solution finale ?

Pendant que Gérard Collomb se préoccupe de gestion des flux, l’Auberge des migrants nous apprend que « Le Plan Grand Froid s’est terminé ce matin. Pour la journée internationale des migrants, le préfet du Pas-de-Calais a mis plus de 200 personnes à la rue. » Ce soir du 18 décembre plus de cent personnes, non informées, attendaient sagement dans le froid rue des Mouettes que le bus vienne les prendre pour les remettre au chaud. Et la préfecture postait une escouade de CRS rue des Huttes pour empêcher toute intrusion dans le hangar où elles avaient dormi durant quelques nuits.


Le boys band Ewen, Delahaye et Favennec chante “À Lampedusa”.

Partager ce billet

<p>Un citoyen ordinaire à la rencontre des personnes cabossées par la vie.</p>