Propagande médiatique MSM : d’Alep à Kiev, de pire en pire

Anne-Laure Bonnel, une des rares journalistes de terrain à sauver l'honneur de sa profession... censurée par les médias MSM !

Le narratif médiatique mainstream (MSM) autour de la guerre d’Ukraine ressemble à s’y méprendre à celui qui sévissait lors du siège d’Alep en Syrie, quand les forces régulières syriennes étaient censées avoir détruit deux ou trois fois plus d’hôpitaux que la ville assiégée en comptait.

Des infos manipulées de bout en bout

On pensait avoir atteint le comble de l’absurde, mais aujourd’hui, pour l’Ukraine, c’est encore pire. Le pouvoir de la presse mainstream est énorme, mais de plus en plus grossier, de plus en plus cousu de fil blanc.

Je ne vous fais pas la liste des fake news publiées par notre presse en délire depuis le début du conflit ukrainien. En réalité, TOUT CE QUE RACONTENT LES MÉDIAS MSM SUR LA GUERRE D’UKRAINE EST MANIPULÉ DE BOUT EN BOUT À DES FINS DE PROPAGANDE. Absolument tout !

Des techniques de propagande grossière, facilement démontable

Les techniques toujours les mêmes, balourdes et facilement démontables :

  • photos et vidéos détournées, mises en scène laborieuses ;
  • compassion à sens unique sur les victimes (avec si possible le témoignage, vrai ou fabriqué, d’une d’entre elles pour faire pleurer dans les chaumières),
  • gloriole à deux balles : les “combattants” partis aider Zelenski à bouter les Russes hors d’Ukraine avec leur sac à dos Décathlon (en réalité, les quelques volontaires partis et arrivés là-bas viennent de se faire pulvériser par des missiles russes tombés sur l’immeuble où ils avaient été imprudemment regroupés)…

Pour combler l’invraisemblance de leur narratif de propagande, médias MSM et réseaux sociaux (Facebook, Twitter) censurent à tour de bras tout ce qui va à l’encontre du discours officiel. Peine perdue d’ailleurs, les infos alternatives passent quand même et il reste des journalistes de terrain, des sites parallèles pour sauver l’honneur et informer intelligemment (et non, ils ne sont pas russes).

Une fuite éperdue et des cris dérisoires face une réalité insupportable

En réalité, le narratif MSM ne prend qu’auprès d’une opinion publique tétanisée, qui préfère croire et reprendre à son compte ce déluge de contre-vérités plutôt que d’affronter une vérité insupportable : celle de la déchéance de nos sociétés occidentales. Du haut en bas de l’échelle sociale, personne n’est épargné.

Pourtant, vous pouvez être sûr que les cris de cette propagande médiatique ne changeront absolument rien, ni à l’effondrement systémique de l’empire occidental (à commencer par sa composante européenne), ni à la victoire de Poutine en Ukraine, ni au rééquilibrage (en notre défaveur) des rapports de force géopolitiques au niveau planétaire. Des cris d’impuissance comme autant d’antidotes dérisoires à une panique générale.

A propos de Pierrick Tillet 4094 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.