Présidentielle : une démocratie confisquée, un résultat douteux

L’étrange affaire des votes Le Pen soudainement volatilisées en plein dépouillement du 2nd tour de la présidentielle 2022 a lourdement entaché la crédibilité du résultat. Les moults prolongations de cette affaire ne permettent plus d’en douter : la démocratie française a été confisquée par des réseaux privés et le résultat de l’élection du 24 avril est pour le moins douteux.

Reprenons :

  • Le 24 avril au soir, en « direct du ministère de l’Intérieur » sur France 2, la candidate Le Pen se voyait brutalement amputée de 2 874 345 voix, son adversaire n’en perdant lui que 268 733. À l’issue du dépouillement, Le Pen accusait encore une perte sèche de 1 143 710 voix par rapport à son total de 21h11.
  • Les explications tarabiscotées de France 2 et des “debunkers” mainstream ajoutaient à la confusion : il se serait agi selon eux d’un bug électronique dû à une double inscription des résultats de certains bureaux de vote. Problème : ces bureaux de vote (dont le ministère tait la liste) donnaient donc en moyenne un score de 91,4% en faveur de Le Pen (2 874 345 voix) contre 8,6% à Macron (268 773 voix). Explications aussi impossibles que ridicules.

Des recours non examinés, des résultats gérés par une société privée

  • Lorsque vous doutez des résultats de l’élection, vous pouvez déposer un recours auprès du Conseil constitutionnel au plus tard 48 heures après la clôture du scrutin. Ce qu’ont fait en temps et en heure plusieurs associations et avocats. Problème : le Conseil constitutionnel a proclamé le résultat officiel du scrutin dès le 27 avril, sans même examiner les deux recours en annulation comme l’y contraint la loi.
  • Passée la proclamation des résultats par le Conseil constitutionnel, plus aucun recours juridique n’est possible, pas même le recomptage des voix consignées sur les procès verbaux manuscrits des 69 200 bureaux de vote français. Ne reste plus comme seule trace que les résultats par commune figurant sur le site officiel du ministère de l’Intérieur.
  • Or la gestion de cette base de données a été attribuée, sans appel d’offre et en violation de la loi, à une société privée.

Alors, fraude ou pas fraude ? Inversion du résultat de l’élection ou pas ? Nous ne le saurons jamais, mais une chose est sûre : avec en amont une manipulation éhontée du scrutin par les médias mainstream et les instituts de sondages, tous aux mains d’une poignée d’oligarques, les citoyens français ont désormais perdu le contrôle de leur démocratie. Le doute est largement de mise quant au résultat de la présidentielle 2022.


=> Un grand merci à Momotchi pour son travail de fourmi.

A propos de Pierrick Tillet 4100 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.