Le Grand jeu : et maintenant Poutine hacke les pipelines américains (ou presque…)

Le Grand jeu : et maintenant Poutine hacke les pipelines américains (ou presque…)

Hits: 1490

Que n’inventeront-ils pas… Nous avions vu à plusieurs reprises que l’abominable Vlad des neiges était accusé d’à peu près toutes les calamités terrestres :

On savait, grâce à notre presse ô combien libre (défense de rire), que l’horrible Vladimirovitch avait instrumentalisé au choix : les réfugiés, le gaz, la Syrie, les élections américaines ou allemandes, Photoshop, sa propre popularité, la conquête spatiale etc. On n’a pas encore pu prouver la responsabilité du Kremlin dans la disparition des dinosaures mais ça ne saurait tarder…

Le dernier délire en date est délicieusement débile. Interrogé par un tabloïd anglais, un certain docteur Padalka nous apprend maintenant que Poutine est en train de militariser une pieuvre géante découverte dans la région arctique afin d’en faire une arme “dévastatrice”.

Rappelons que la semaine dernière, le Parlement européen a voté une grisante résolution sur la “propagande” des médias… russes, oui, oui, russes ! Système complètement perdu, ivre, halluciné, en phase terminale.

Voilà maintenant que les serveurs électroniques de quatre petites compagnies gazières US opérant en Amérique du Nord ont été hackés. Il ne faut que quelques paragraphes pour en arriver, l’air de rien, à l’inévitable accusation :

« Ces attaques interviennent alors que, le mois dernier, le Département de la sécurité intérieure a averti du danger des cyber-attaques russes contre le système électrique américain. »

Quelle coïncidence, juste au moment où Trump propose d’inviter Poutine à la Maison Blanche afin de tenter de réparer les pots cassés, plongeant ainsi le Deep State et la journaloperie à son service dans le désarroi. Et hop, une bonne petite accusation gratuite de piratage russe des pipelines de l’Amérique profonde, effrayant la ménagère de moins de cinquante ans : l’ogre du Kremlin prive vos enfants de gaz et d’électricité !

Partager ce billet

L'observateur des soubresauts géopolitiques au Moyen-Orient