Politique : passer de l’effet de surprise à l’effet rouleau-compresseur

Politique : passer de l’effet de surprise à l’effet rouleau-compresseur

Semaine politique riche en rebondissements : du crash de l’enquête truquée Odoxa au fiasco de l’Émission politique ouvertement anti-Mélenchon.

C’en était presque pathétique. Tous ces efforts – en pure perte ! – de la caste pour dézinguer la France insoumise et son leader ! Comme si c’était eux qui étaient déjà dans l’opposition et les Insoumis presque au pouvoir.

Le sondage Odoxa censé démontré la perte de popularité de Jean-Luc Mélenchon, publié – ô hasard! – la veille de la Convention insoumise de Clermont-Ferrand, était si cousu de grossier fil blanc qu’il était aisément démontable.

Et ces pauvres amateurs de Libé – retourne-toi dans ta tombe, Jean-Paul Sartre ! – qui y vont d’une désintox si approximative et lamentable qu’elle en était risible.

Vient le temps où c’est eux qui vont pleurer grâce

Enfin, quelques jours après, cette Émission politique et sa cohorte d’intervenants hystériques n’osant dire leur nom : de Laurence Debray, ex-trader macroniste de Wall Street, de la Société Générale et d’HSBC, maquillée en dépit de tout bon sens en « historienne » du Venezuela, à Pauline Laigneau, la « patronne de petite PME », archi-millionnaire aux dents rayant le parquet.

Le lendemain, ce n’était pas Mélenchon et la France insoumise qui étaient sur la sellette, mais, retour de bâtons, la Salamé et sa bande de faux-culs friqués. Au point même d’être poursuivies devant le CSA par Thomas Guénolé pour tromperie sur la marchandise.

S’ils lisent ce billet, j’invite tous ces tocards à le reproduire en beuglant leur indignation. Qu’ils en dénoncent la violence en frémissant de colère (elle est volontaire). Vient le temps où c’est eux qui vont pleurer grâce.

L’heure n’est plus de finasser avec ces gens, mais de leur rouler dessus façon rouleau-compresseur.

Partager ce billet

<p>Un “voyageur à domicile” en quête du monde d’après.</p>