Pfizergate : fakenews MSM contre révélations du British Medical Journal

Pfizergate La Dépêche
Titre de La Dépêche qui attribue le scandale du Pfizergate... aux antivax !

Forcément, les médias mainstream (MSM) ne pouvaient pas ne pas réagir à l’énorme scandale né sur les réseaux sociaux autour du Pfizergate. Et ils y réagissent à leur manière habituelle, mensongère, grossière, concertée.

Une concertation grossière et mensongère des médias mainstream

Si vous tapez le mot-clé “Pfizergate” sur Google, vous allez tomber sur un titre quasiment identique pour tous les médias MSM. Genre : « “PfizerGate” : y a-t-il vraiment un “scandale” sur le vaccin de Pfizer ? » (Rtl – notez les guillemets de distanciation qui annoncent déjà les réponses que va donner ce média à la question qu’il pose en titre).

Si vous parcourez le contenu des articles de différents supports MSM, vous constaterez aussi que tous sont quasi identiques, construits sur le même plan et reprenant bien sûr les mêmes éléments de langage, grossièrement concertés… et faux !

  • Présentée comme « une ancienne employée » (Libé), la lanceuse d’alerte Brook Jackson avait été en réalité recrutée comme directrice d’agence pour mener les essais sur le vaccin Pfizer du fait de ses 20 ans d’expérience professionnelle dans la recherche de haut niveau. Et si elle n’était restée que « deux semaines » (Numerama) chez Ventavia, c’est pour avoir été sèchement licenciée après avoir dénoncé les malversations inouïes qu’elle découvrait chez son nouvel employeur.
  • Les malversations dénoncées ne concerneraient qu’une « petite partie des essais cliniques du vaccin » (Nice Matin). Or la lanceuse d’alerte ne pouvait dénoncer que les cas relevant de son périmètre d’activité. Mais qui est allé vérifier comment se sont déroulés les autres essais cliniques de Pfizer, déjà condamné par le passé à 2,3 milliards de dollars d’amendes pour publications mensongères ? Ni les journalistes MSM, ni les autorités sanitaires officielles de contrôle.

Les autres révélations du British Medical Journal

Autre manip’ des médias MSM : avoir omis de souligner l’importance du British Medical Journal (BMJ) en matière de compétence reconnue dans les publications médicales et scientifiques. C’est tout de même cette vénérable revue qui reprend aujourd’hui à son compte les dénonciations de la directrice de Ventavia sur les malversations ayant entouré les essais sur le vaccin Pfizer. Que valent, contre les informations sourcées et référencées du BMJ, les désintox grossières dressées par les médias de propagande pour sauver le soldat Pfizer et, partant, toute l’armée ébranlée de BigPharma ?

Finalement, la meilleure façon de se faire une idée sur la réalité de la situation, c’est de lire directement l’article du BMJ. Outre le détail assez terrifiant des accusations de Brook Jackson. Vous y apprendrez aussi que :

  • Le commanditaire de l’étude (ICON, mandaté par Pfizer) exigeait des réponses à ses requêtes « dans les 24 heures ».
  • Seuls neuf des 153 sites de l’essai Pfizer ont été inspectés par le FDA (Food and Drug Administration, responsable officiel de la protection de la santé publique en matière de médicaments aux États-Unis). Ventavia ne fit pas partie des inspectés malgré les alertes de Brook Jackson.
  • Un grand nombre d’employés de Ventavia ont fini par démissionner ou ont été licenciés à la suite de leur ex-directrice. Tous confirment les accusations portées par cette dernière.
  • Ventavia, que nos médias MSM tentent de faire passer pour une brebis galeuse marginale, a été depuis sollicité de nouveau par Pfizer pour des essais cliniques de vaccins anti-covid chez les enfants, chez les jeunes adultes, chez les femmes enceintes et sur l’administration d’une dose de rappel.

Allez, bonne lecture à tous. Ne vous laissez pas rebuter par l’appellation “scientifique” du texte. Ça se lit comme un polar avec un max de rebondissements croustillants.

Article-BMJPfizer

A propos de Pierrick Tillet 3968 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.