Un discours tranchant qui guillotine les exactions d’une oligarchie décidément infecte

Bastien_Lachaud.jpg

Vraiment très bons, très pugnaces, les députés insoumis en ce début de législature. Ainsi ce discours de Bastien Lachaud contre une oligarchie imbuvable, insupportable, infecte, et qui s’étonnera quand les échafauds et les fourches se dresseront à nouveau contre elle. Car c’est bien ainsi, je vous en fiche mon billet, qu’une fois toutes possibilités de conciliation rompues, les choses, à quelques nuances près, sont désormais vouées à s’achever.

Venezuela : quand les champions autoproclamés de la démocratie s’opposent à la tenue d’élections

Manif_pro_election_Constituante.jpg
Manifestation du mouvement brésilien des Travailleurs sans terre pour la tenue de l’élection vénézuélienne d’une Constituante

Bête blessée et humiliée au Moyen-Orient, l’Empire occidental défaillant tente au moins de reprendre la main dans les régions tumultueuses proches de son centre névralgique. C’est le cas en Amérique latine où, après un coup d’État institutionnel au Brésil (la destitution de la présidente Dilma Rousseff), il tente de faire tomber la forteresse vénézuélienne du « dictateur » Maduro, pourtant régulièrement élu à la loyal par son peuple.

Donald Trump et la chute prochaine de l’Empire américain, par Jeremy Scahill

Help_us__please.jpg

Ce billet de Jeremy Scahill, fondateur et rédacteur du site The Intercept, traite du dernier ouvrage d’un auteur américain qui mériterait d’être plus connu (en France) : Alfred McCoy, professeur d’histoire à l’Université de Wisconsin-Madison et président d’un groupe de travail mondial réunissant 140 historiens des quatre continents sur un projet intitulé Empires in transition.

La crise de régime s’envenime : le général de Villiers traité de « poète revendicatif » par le porte-parole du gouvernement

Castaner.jpg
Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement

Non content d’avoir provoqué une grave crise de régime en humiliant le général de Villiers, chef d’état major des Armées, au point de provoquer sa démission, le pouvoir macronien en rajoute une louche dans la provocation la plus irresponsable, cette fois par la voix de son porte-parole, le ministre Castaner.