La présomption d’innocence de DSK vire au déni de culpabilité

On parle beaucoup, dans les milieux autorisés français, de la nécessité d’une grande prudence dans cette affaire DSK. On y réclame à grands cris de la retenue et l’on brandit à n’en plus finir le maître-mot de présomption d’innocence.

De là à évoquer la possibilité d’une machination, d’un complot, d’un coup monté, il n’y a qu’un pas que certains franchissent sans trop s’embarrasser de scrupules ni de nuances.

Un programme socialiste à côté de la plaque

Si vous prenez une à une les propositions du programme socialiste, à part quelques mesurettes pipeau (le CV anonyme), quelques déclarations d’intention convenues (l’égalité homme-femme), quelques projets tous freins serrés (la sortie en 20/30 ans du « tout nucléaire »), à part tout ça, oui, elles pourraient à la rigueur séduire. À la très extrême rigueur !

Cantonales : un « front républicain » EELV/FG aurait devancé l’UMP

Outre la victoire éclatante de l’abstention (zéro élu) et la « petite finale » gagnée par une gauche poussive contre une droite essoufflée, deux choses frappent à l’issue de ces deux tours d’élections cantonales :

  • au premier tour, une alliance EELV/Front de gauche serait arrivée en seconde position derrière le PS, devant l’UMP et le FN ;
  • au second tour, le front républicain anti-FN s’est effondré et les « bleu Marine » progressent fortement dans les 394 cantons où ils se sont maintenus.

« Le capitalisme à l’agonie » : un diagnostic sans appel de Paul Jorion

"Le capitalisme à l'agonie" par Paul Jorion« Le livre, c’est vous qui l’avez écrit avec moi. J’avais quelques idées, je les ai mises sur mon blog. Par l’échange, on est arrivé à construire une œuvre collective. » (Paul Jorion)

Au-delà de cet hommage de Paul Jorion à ses lecteurs et à « l’inventivité numérique », le livre en question, « Le capitalisme à l’agonie » (Fayard, 20 euros) a suscité dès sa parution, chez les thuriféraires du système moribond, quelques répliques lapidaires, sans nuances, et encore moins argumentées.

Un « panache » radioactif japonais sur la France ? Même pas peur !

dessin : Na !

Par delà l’euphémisme plaisant de l’appellation « panache » plutôt que « nuage », il nous faut, bon gré (ça ne doit pas courir les rues !) ou mal gré, accueillir cette masse radioactive made in Japan contre laquelle nous ne pouvons plus rien, sauf essayer de nous rassurer en nous persuadant qu’elle est inoffensive.