Nigel Farage, député européen, en trois cinglantes leçons

Nigel Farage est un député européen anglais. Je ne vous dirai rien de ses orientations politiques, ni de sa conception de l’Europe, pour que vous visionnez ces trois vidéos détonantes sans idées préconçues. Regardez bien, écoutez bien, ça décoiffe !

Quand la “Grande perdition” serre le kiki à l’oncle Sam

La “Grande perdition” est un peu comme ces films grand spectacle diffusés jadis en Cinérama. Il se déroulait tant de choses en même temps sur le gigantesque écran qu’il fallait bien voir le film une douzaine de fois pour tout décrypter. Aujourd’hui, pendant que tout le monde a l’œil rivé sur les soubresauts européens, se joue en Amérique un nouveau suspens haletant…

Les Verts ou le marigot politique à effet de serre

Avec cette large validation de l’accord pour une mandature avec le PS (en l’absence de leur propre candidate !), les Verts auront en un week-end de folie furieuse pulvérisé la couche d’ozone de la décence politique et du ridicule ! Mais qu’est-ce que j’ai été foutre à adhérer à ce marigot ? Pourtant, ce n’était pas faute de l’avoir subodoré !

Pourquoi je (ne) voterai (peut-être pas) pour Jean-Luc Mélenchon en 2012

reves_et_urnes.jpg

Cher M. Mélenchon, le citoyen que je suis s’est fixé cinq conditions pour aller voter en 2012. Votre mouvement est sans conteste celui qui s’en rapproche au plus près. Pourtant, j’hésite encore à me déplacer jusqu’au bureau de vote et je voudrais vous dire pourquoi.

11/11/11 : “Occupy Wall Street” en 99 mots

99_mots_OWS.jpg

Le 11/11/11, Jaune (alias Jean Thévenin), le fils de ma copine Claire, a rencontré 99 occupant(e)s du parc Zuccotti à New York USA. Caméra au poing, il a demandé à chacun d’eux d’exprimer en un mot le sens du mouvement “Occupy Wall Street” auquel ils/elles participaient. (Voir la vidéo)

Pourquoi je ne voterai pas pour Eva Joly en 2012

Ah bon, la planète traverse une crise systémique sans précédent, nécessitant des décisions radicales, des remises en questions fondamentales, et tout ce qui semble intéresser Europe écologie/les Verts, c’est de se garantir un groupe parlementaire à l’Assemblée nationale en 2012 ! Quitte à manger quelques chapeaux en paille OGM.

Menaces sur l’Iran : la fuite en avant guerrière

Et c’est reparti comme en quarante ! Le dernier rapport de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) fait état d’un possible développement à usage militaire du programme nucléaire iranien. Il n’en fallait pas plus pour déclencher l’ire des faucons de l’escalade guerrière, israéliens en premier chef.

Affaire Charlie Hebdo : 100 coups de fouet si vous ne vous indignez pas avec nous !

La couv' à laquelle vous avez échappéCe qu’ils peuvent gonfler avec leur affaire Charlie Hebdo, feuille de chou vieillissante prise à partie par une bande de toqués islamistes.

<< Liberté d’expression ! Droit au blasphème ! Le rire comme “pulsion démocratique”  LOL ! >>

France : pour un référendum sur l’Europe après la présidentielle

J’avais mis cinq conditions pour aller voter à la présidentielle de 2012. Compte tenu du pourrissement rapide de la situation en zone euro, j’en rajoute une sixième : l’organisation vitale d’un référendum sur l’Europe aux lendemains du scrutin d’avril/mai prochain. Avant qu’il ne soit trop tard.

Le gouvernement grec soutient Papandréou « à l’unanimité »

Tout semble aller très vite. Certains pouvaient encore voir hier un acte isolé et suicidaire dans l’annonce du premier ministre grec d’organiser un référendum sur le énième plan de sauvetage européen du 26 octobre. Mais le cabinet grec, réuni en session extraordinaire dans la nuit du 1er au 2 novembre, a approuvé << à l’unanimité >> la décision de son chef.

Rebondissement en Grèce : la parole est au peuple

grece_austerie_manif_inside.jpg

Il avait déjà paru céder une première fois en juin sous la pression des “Indignés” qui assiégeaient son  parlement. Puis semblait s’être repris. Cette fois, Georges Papandréou, premier ministre grec, vient de lâcher prise.  Le peuple grec aura bien son mot à dire sur le sort qu’on lui réserve : un référendum.

Quand nous en reviendrons au nouveau franc…

L’issue ne fait plus guère de doute, même pas dans l’esprit de ses plus ardents défenseurs : l’euro est à terme condamné, sanctionnant l’échec de l’Union européenne (UE) à prétendre être une entité économique et politique sérieuse. La nature ayant horreur du vide, chaque pays membre se devra, de gré ou de force, de revenir à une monnaie nationale.

Union européenne : sur leur bateau ivre, ils sont devenus fous !

Incroyable ! Au lendemain de la nuit du 26 octobre où, dans un capharnaüm indescriptible, des dirigeants européens au bord de la crise de nerfs ont “négocié” ce qu’ils ne pouvaient en réalité que subir, c’est l’euphorie qui s’est emparée des marchés !