“Grande perdition” : perte de contrôle politique

Donc, résumons : ils avaient promis un blocage des prix du pétrole qu’ils n’ont pas tenu ; une non-augmentation des prix du gaz qu’ils n’ont pas tenue ; avaient juré craché que jamais la TVA ne serait augmentée lors de leur quinquennat. Et voilà que dès janvier 2014 au plus tard…

Le « testament » des banques allemandes

Une chose qu’on ne peut enlever à nos voisins allemands, c’est leur lucidité. Et leur manière implacable d’y réagir. Madame Merkel vient de se distinguer par des prises de positions qui tranchent, c’est le moins qu’on puisse dire, avec la méthode Coué un peu benête de son collègue français.

Nouveau monde : union européenne contre Union européenne

Il peut paraître paradoxal, après avoir envisagé le retour inéluctable à une politique de proximité du fait de la crise, de traiter d’une possible (et souhaitable) union européenne dans le cadre du monde nouveau à venir. En réalité, comme on va le voir, les deux sont complémentaires.

Nouveau monde : retour à une politique de proximité

Non, non, vous n’avez pas mal lu. Il est bien écrit dans le titre “politique” de proximité, et non police. Mais vous allez voir, finalement, ça n’est pas loin d’être la même chose, tant le besoin de remise en ordre s’impose comme une urgence. D’ailleurs, les deux mots, politique et police, ont la même étymologie grecque : “polis”, la cité.

La vie de Zara, musulmane, marocaine, française

Zara, vous vous rappelez, Zara la Marocaine, de la crêperie de chez Papy ? Zara vient des environs d’Essaouira. Elle a épousé Papy, elle est française. Zara ne sait ni lire, ni écrire, mais quand elle parle, c’est comme un livre. Zara est musulmane. Un jour, je lui ai demandé pourquoi…

Nouveau monde : obstacle démographique et flux migratoires

Le nouveau monde, qui va naître cahin-caha sur les ruines du vieux système capitaliste défunt, aura un défi majeur à résoudre : la question démographique. Et sa brûlante séquelle : le douloureux problème des flux migratoires. La façon dont ces difficultés hypersensibles seront réglées fera que le nouveau monde sera “meilleur” ou carrément sinistre.

Nouveau monde : le jour où le non-travail sera rémunéré

Eh oui, ça heurte encore les esprits formatés, mais un jour, vous verrez, le non-travail sera dûment rémunéré. Et ce ne sera que justice. Et ce sera non une quelconque dilution morale, mais la reconnaissance d’un progrès. Nous passerons d’une société de plein-emploi depuis déjà longtemps dépassée à une société de loisir assumée.

Nouveau monde : passer de la compétitivité à la complémentarité

Pour madame Parisot, << nous sommes passés de la tempête à l’ouragan >>. Ben oui, même le Medef finit par se rendre à l’évidence : la situation est pourrie. Mais Laurence Parisot n’a manifestement toujours rien compris. Toujours au taquet, la voilà une nouvelle fois qui réclame un << choc de compétitivité >> au gouvernement.

Le discours de Paris du président du Sénégal

Ça y est ! Hollande y est allé de son discours de Dakar (Sénégal). Objectif : faire oublier le discours de Dakar de son prédécesseur et de ses délires sur l’histoire sans Africains. Les mots du nouveau président français furent choisis, le ton solennel, l’intention paternal… fraternel.

Pliée la crise financière et ses égarements lamentables, parlons de nous

Marrant, j’étais en train de vous mitonner un billet : « Pliée la crise financière et ses égarements lamentables… » Et puis je me suis rendu compte que je l’avais déjà écrit, ce billet. Le 7 octobre 2008, un de mes tout premiers sur Rue89. Pourquoi se casser, je vous le ressors tel quel. C’est parti…

La présidence d’Obama, un soufflé vite retombé

Obama mange une frite dans un fast-food de Miami, Floride, en septembre 2012 (AFP)

Comme son ex-compère Sarkozy, ce n’est certainement pas sur son bilan que Barack Obama risque d’être réélu. Pourtant ce qu’il promettait, le bougre ! Ce qu’il avait promis ! Et le fol espoir qu’il avait suscité. Au bout du compte, rien ou quasi rien. Un soufflé aussi vite retombé.

Le dangereux terroriste islamiste salafiste radical s’appelait… Jérémie

Samedi 6 octobre, alors que l’opération de police battait son plein, suivie en quasi directe par les médias comme de bien entendu, France Info annonça une action contre des << salafistes >>. Il fut aussi révélé que le chef présumé du dangereux << réseau >> de << terroristes >> << islamistes >> << radicaux >>, se prénommait… Jérémie !

“Boss” ou l’implacable point de non-retour du pouvoir

Boss.jpgQue se passe-t-il encore au cinéma ? En fait pas grand chose. Des déclinaisons des grandes œuvres passées. Quelques lueurs passagères. Avec plus ou moins de bonheur. Par contre, en attendant une renaissance de l’art cinématographique à travers la révolution numérique, reste les séries TV. Ma fille vient de m’en faire découvrir une nouvelle à couper le souffle : “Boss”.

Sont incroyables ces Américains, il faut reconnaître. Des prodiges pour ce qui est de l’invention. Et surtout une manière d’ausculter leur propre corps social au scalpel. Et sans ménagement. “The Wire”, “The Sopranos”… et aujourd’hui “Boss”.

La grave montée des incivilités dynamite la cohésion sociale

Avec la crise, les incivilités se multiplient dans notre beau pays de France :

« La Grande fraude » selon le commissaire divisionnaire Gayraud

La_Grande_fraude.jpgFumasse, le commissaire divisionnaire Jean-François Gayraud. Au point de le faire savoir par voie éditoriale à travers un rapport de police circonstancié : “La Grande fraude” (Odile Jacob, 262 p., 22,90 €). Comprenez, une entourloupe de cet acabit, ça ne pouvait par dormir sur l’étagère poussiéreuse d’une armoire de commissariat.

Au fait, de quelle entourloupe s’agit-il ? Facile, c’est écrit dans le sous-titre du bouquin :

<< Crime, subprimes et crises financières >>

Le 30 septembre, j’irai manifester (mais je me fiche du TSCG)

Paraît que ça ne se présente pas trop mal, cette manifestation du 30 septembre à Paris contre le Traité européen de stabilité (TSCG) que nos chers élus de gauche molle cherchent à nous faire avaler, avec l’aide de la droite. Je vais secouer ma carcasse et m’y rendre. Même si l’adoption ou non de ce TSCG, dans le contexte de dissolution actuelle, m’indiffère un peu, avouons-le.