Programme du Front de Gauche (4/9) : produire autrement

L__humain_d__abord2.jpg<< La croissance, la croissance, la croissance ! >> Ils n’ont que ce mot à la bouche, névrotique, convulsif. Mais demandez leur ce qu’ils entendent par croissance et vous les verrez se figer, interloqués.

<< Euh, ben, croissance de… “richesses” ? Pour créer des emplois ? Pour remporter des marchés ? Pour faire comme tout le monde ?… >>

Soyez pas vaches, évitez de leur poser la question qui tue : mais produire quelles “richesses” ? Pourquoi, pour qui, comment ? Réponses du Front de Gauche.

Programme du Front de Gauche (3/9) : planification écologique

L__humain_d__abord2.jpgDingue, tous les commentateurs s’accordent pour pointer l’absence de l’écologie dans les programmes de la campagne présidentielle.

Paraîtrait que ce serait la crise économique qui éloignerait les Français de cette noble idée.  Paraîtrait que l’écologie serait un obstacle à la relance de la croissance. Paraîtrait que l’écologie, c’est bien beau, mais c’est luxe.

Moi je veux bien, chers journalistes, mais il se trouve que le Front de Gauche lui consacre un chapitre entier de son programme, à l’écologie. Vous l’avez lu ?

Programme du Front de Gauche (2/9) : calmer les banques !

L__humain_d__abord2.jpgProposez des objectifs sociaux un peu ambitieux et vous déclenchez la levée des boucliers sur les financements impossibles, les menaces de fuite des capitaux et des cerveaux, la faillite inéluctable des entreprises…

Marrant, comment ils ont fait, le Front populaire de 36 et le Conseil National de la Résistance de 45, pour imposer leurs mesures “révolutionnaires” (congés payés, 40 heures, sécu, services publics…), l’un en pleine panade économique, l’autre dans un pays dévasté par la guerre ?

Enfin je dis ça, je dis rien ! Les gens du Front de Gauche, eux, ils veulent reconstruire le tissu économique et social du pays en faisant cracher les banques et la finance.

Programme du Front de Gauche (1/9) : partager les richesses

Le programme du Front de gucheBon, apparemment, beaucoup de lecteurs voudraient connaître plus en détails le programme du Front de Gauche que les médias du microcosme cantonnent à la portion congrue (CSA dixit).

Eh bien, je vais m’y coller et je vous le fais en 9 fiches commentées (et à commenter), c’est-à-dire une par chapitre du document L’humain d’abord (Librio, 2 euros).

Du court, du bref, du concis, mais (j’espère) du clair. On commence par la première.

Mélenchon chez Ruquier : les « pistolets à bouchon » du candidat Hollande

Première fois que je m’aventurais dans l’émission de Ruquier, On n’est pas couchés, sur France 2. Oh, la bande d’ennuyeux ringards ! Pire que ce que j’imaginais. Une heure et demie d’un mortel pensum, d’humour besogneux… pour 25 minutes (heureusement savoureuses) de Mélenchon !

Que se passerait-il si la France annulait sa dette ?

Chaque fois que vous abordez le sujet tabou d’une annulation unilatérale de la dette de votre pays, vous déclenchez le même torrent d’imprécations :

<< Malheureux, la France serait mise au ban des nations, plus personne ne voudrait commercer avec elle, ni lui prêter un fifrelin… >>

Eh bien pas sûr, et je vous le démontre illico.

Nouveaux craquements dans le vaisseau systémique

<< Une faillite de la Grèce n’est pas envisageable >> (Christine Lagarde, 24 janvier 2012)

Dites-vous bien que lorsque la grande prêtresse du FMI vous sort un aussi incrédible credo, c’est que précisément, tout est envisageable, surtout la défaillance inéluctable de la Grèce en question.

François Hollande confond programme et liste de courses

Marrant, au-delà de la tartine médiatique un brin écœurante sur le show de François Hollande au Bourget, aucun journaliste, aucun chroniqueur, aucun observateur n’a relevé que le candidat socialiste s’était gardé de toute allusion au quotient familial, cette mesure-phare qui, il y a une dizaine de jours, devait être emblématique de sa prochaine présidence (selon les sondages).

Lordon : « Le soulèvement ou la table rase par l’effondrement »

Le 15 janvier 2011, Frédéric Lordon, économiste hors sérail microcosmique, était invité à une conférence organisée par Attac et  Mediapart sur le thème : << Quel remède à la crise démocratique européenne ? >> Frédéric Lordon décida de répondre à cette question << sans circonvolutions inutiles >>.

Pourquoi la finance n’a aucune chance d’en réchapper

C’est encore ce diable d’Olivier Berruyer sur son site les-crises.fr qui donne les clés du problème : par quelque bout que vous le preniez, non, la finance internationale n’a aujourd’hui aucune chance de réchapper à la crise de la “Grande perdition”. Regardez bien le graphique ci-dessous.

Perte du A : nouvelle phase de l’autodestruction systémique

Eh bien, voilà, c’est fait, la France vient de se le manger son troisième A ! Et avec une perspective négative en plus. Ce qui fait qu’elle est sous le coup d’une autre dégradation prochaine, faute d’un nouveau plan d’austérité. À 100 jours d’une présidentielle, ça vous la fiche bien !

Fissures d’arrière-cuisine dans le Front de gauche ?

La Fase (Fédération pour une alternative sociale et écologique) n’est pas contente et le fait ouvertement savoir. La Fase est un rassemblement politique né en décembre 2008 pour regrouper tout ce que la gauche compte d'”alternatif”. En juin 2011, elle s’est décidée à rejoindre le Front de gauche. Seulement voilà, aujourd’hui, la Fase fulmine.