Pourquoi je ne voterai pas au second tour de la primaire socialiste

À la veille du premier tour de la primaire socialiste, j’ai indiqué que je voterai Montebourg. Ce n’était évidemment pas pour la “gueule d’ange” du candidat, mais pour son programme. Et parce qu’il remplissait trois points essentiels à mes yeux.

De quelques sympathisants frontistes en leurs cages

Lu en une de Rue89, le débat entre Martin Hirsch, ex “Haut-commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté”, et quelques sympathisants du Front national. Impression cafardeuse d’une déroute : celle de Martin Hirsch et des réponses insignifiantes qu’il apportait à ses contradicteurs frontistes.

Le démantèlement de la banque Dexia n’est qu’un hors-d’œuvre amer

Le scénario de cette Grande perdition est décidément d’une transparence lumineuse. Sauf pour ceux qui ont les yeux un brin m… chargés. Ce qu’un enfant anticipe, ils l’aperçoivent trop tard. Les voilà qui démantèlent en catastrophe la banque Dexia, laquelle avait pourtant parfaitement réussi les stress-tests de juillet dernier LOL

La lettre de cachet du seigneur Trichet à son féal Berlusconi

Petit à petit, la crise de la Grande perdition taille en lambeaux les ultimes fausses apparences du système et met à nu les ressorts d’une malsaine réalité. Ainsi de cette lettre « secrète » du président de la Banque centrale européenne (BCE), Jean-Claude Trichet, au premier ministre italien, Silvio Berlusconi.

Pourquoi je voterai Montebourg à la primaire socialiste

Bon, ils l’ont voulue ouverte, leur primaire. Ils ont eu le mérite de remettre le débat politique en une des médias (trois longues émissions en tête-à-tête en prime time, ça faisait un bail). Très bien, jouons le jeu démocratique. Soutien du Parti de gauche et d’EELV, je voterai Montebourg à la primaire socialiste des 9 et 16 octobre. Vlan !

Primaire socialiste : seuls 9% des Français “certains d’aller voter”

On ne décortique jamais assez les sondages. Ainsi ce petit dernier réalisé par l’Ipsos sur la primaire socialiste pour le compte de Radio France et du quotidien Le Monde. Qu’y apprend-on ? Que seuls 9% des Français se déclarent certains d’aller voter. Pas bézef !

Affaires et “Grande perdition” : la démocratie inhibée

Bagarre (photo extraite du film d'Alain Resnais, "Mon oncle d'Amérique")

Karachi, valises françafricaines, plaidoirie du Parquet pour une relaxe générale dans l’affaire des emplois fictifs de la Mairie de Paris, feuilleton Woerth/Bettencourt… Balayée par les révélations en série de toutes ces “affaires”, la présomption d’innocence cède le pas à une solide et tenace présomption de culpabilité.

Le baiser de Judas du FMI aux banques de la zone euro

Certaines initiatives secourables peuvent se révéler à double tranchant. En proposant aux dirigeants de l’Union européenne de faire intervenir le Fonds européen de stabilité financière (FESF) pour aider les banques les plus fragiles, le FMI vient implicitement de confirmer cette fragilité que les banques privées niaient farouchement en stigmatisant les “rumeurs”.

Siemens, Bank of China, Meetic… : les rats quittent le navire bancaire français

Non seulement contente de lâcher l’industrie nucléaire si chère à notre pays, l’entreprise allemande Siemens aurait joué un tour cantonesque à une grande banque française. En retirant de ses guichets 500 millions d’euros — en liquide ! — pour les planquer au chaud de la Banque centrale européenne.

Le motif invoqué par le Financial Time ayant révélé la manipulation : l’inquiétude sur la solvabilité de la banque en question. Et on apprend que la Bank of China aurait suspendu des opérations avec trois établissements bancaires français :

  • la BNP,
  • le Crédit agricole,
  • la Société générale.

BNP, Crédit agricole et Société générale sont sur un bateau…

Les rumeurs ont bon dos ! C’est à chaque fois les rumeurs — malveillantes cela va de soi — qui sont incriminées lorsque les vilains marchés s’en prennent à nos fleurons bancaires. Et en ce moment c’est peu de dire qu’ils ne s’en privent pas, les vaches !

Le programme du Front de gauche : bien, mais peut mieux faire

L'humain d'abord

« L’humain d’abord », tel est le sous-titre du livre-programme que vient de publier le Front de gauche (FG) aux éditions Librio (2 euros). Petit ouvrage, petit prix, mais assez conséquent en propositions et plutôt bien structurés en 9 chapitres-thèmes.

François Hollande, candidat socialiste favori… de la TNS-Sofres

À défaut des médias du microcosme, il fallait un Jean-Luc Mélenchon pour relever l’embrouille : sitôt la chute de DSK consommée (14 mai), le Nouvel observateur publiait précipitamment (25 mai) un sondage de l’institut TNS-Sofres. François Hollande y devenait illico presto le nouveau candidat socialiste favori des Français pour la présidentielle 2012. Oui mais…

Guerres des boutons : « Si j’aurais su, j’aurais venu à quelle époque ? »

Les Guerres des boutonsEn septembre sortiront quasi simultanément deux nouvelles adaptations cinématographiques de La Guerre des boutons, inspirées d’un roman de Louis Pergaud de 1912 tout fraichement tombé dans le domaine public : la première réalisée par Yann Samuell (14 septembre) ; l’autre, dite « nouvelle », par Christophe Barratier (Les Choristes).

Le programme du Yéti : 9. Une politique d’immigration fondée sur l’accueil

Foin des tramways de la honte, des préfectures qui rivalisent de paponnades zélées, de la chasse aux faciès lâchée par un glauque ministre de l’intérieur ou d’une opinion publique supposée hostile, dressons sans désemparer les grands traits de ce que pourrait être une politique d’immigration fondée sur l’accueil et le respect.

Orientations sexuelles et manuels scolaires : les 80 chasseurs de l’UMP

Ils s’y sont mis à quatre-vingt — députés UMP, autant que les chasseurs dans le lit d’une marquise passablement grise — pour sonner l’hallali de la théorie de la sexualité exprimée dans plusieurs nouveaux manuels de SVT (Sciences de la vie et de la terre) destinés aux boutonneux des classes de première.