CHRONIQUE ORDINAIRE DU GRAND BANDITISME

((/images/banditisme.jpg|banditisme|L)) Figurez-vous que notre Assemblée nationale va, après la loi OGM et la réforme des institutions, s’attaquer à un projet de loi dit, sans rire ni pleurer, ”Loi de “Modernisation” Économique” (”LME”). En gros, une énième embrouille grossière qui consiste en un texte de 44 articles d’après lequel, en s’appuyant sur des espoirs fous de croissance ressuscitée et sur une explosion fantasmée des offres d’emplois, on débouchera “forcément” sur “plus de pouvoir d’achat” , ce désespérant miroir à gogos qui maintient les veaux sous perfusion.

UN RAPPORT DOUTEUX

Je voudrais revenir sur [le rapport|http://kinoks.org/spip.php?article288] d’un certain F. William Engdhal, qui circule actuellement sur tout le web, et tendrait à démontrer que la crise pétrolière actuelle relève d’une pure et simple spéculation capitaliste. D’un complot ourdi par les puissants, d’une machine infernale qui désarme d’avance tous nos espoirs de chute d’un système honni. La lecture de cette analyse laisse pourtant dubitatif sur bien des points. Examinons ceux-là en détail.

MAI 2008, UN TOURNANT DÉCISIF

Mai 2008 s’achève et déjà nous pouvons savoir qu’il représentera une rupture capitale dans notre histoire. Sans doute pas celle que nous disions espérer avec une once d’ironie en évoquant Mai 68. Mais un tournant décisif dans la déchéance de l’Empire. Insensiblement, avec cette crise profonde du pétrole, nous abordons la dernière phase du sabordage final. Nous n’avons plus d’autre choix que d’essayer d’être les maîtres de notre destinée. Tout de suite.

QUEUES DE LOTTES

Avec le problème actuel du prix du pétrole (+12,54 % en 30 jours, + 101,22 % en un an), je crois que nous venons d’entrer dans une nouvelle phase, sans doute décisive, de la lente — trop lente, je sais ! — dégringolade de l’Empire. Car ce n’est plus en périphérie que celui-ci est atteint. Aux yeux du système, le chômage, la précarisation de la population, les problèmes comme ceux de la faim ou de la misère touchent des acteurs “périphériques”. Mais dans le cas présent, comme pour la crise financière qui poursuit ses ravages, la crise du pétrole touche le système au cœur.

SOURCE VIVE

((/images/JournalManchette1966-1974.jpg|Manchette|L)) Je viens de terminer le ”Journal” de Jean-Patrick Manchette, que son fils, Doug Headline, vient de faire paraître. Lu ce pavé (640 pages) d’une traite haletante. Jean-Patrick Manchette était un peu plus âgé que moi (huit ans). Mais tout au long de la lecture, j’ai eu l’impression que nos pas avaient emprunté les mêmes traces, parfois au même moment, à une heure près. Mêmes lectures, mêmes films, mêmes endroits de prédilection, mêmes décors, mêmes évènements… Je ressors de cette lecture passionnante avec une impression étrange de vide, d’ébullition interrompue trop brutalement. Impression de manque presque physique, comme celle d’un fumeur arrêtant la cigarette.

LA RÉVOLUTION EST COMMENCÉE

Difficile de ne pas être interpellé par la multiplication exponentielle des catastrophes naturelles qui frappent l’humanité au sang : cyclone en Birmanie suivie de pluies torrentielles (plus de 130.000 morts, des millions de sinistrés), séismes à répétition en Chine (plus de 50.000 morts, des millions de sinistrés), vague brutale de tornades aux USA (22 victimes le 10 mai 08), tempête de sable meurtrière dans le nord de l’Inde (45 morts le 14 mai 08), violents orages et averses de grêle dans le nord-ouest, le nord et le sud-ouest de la France (15 mai 08)…

CRÉATION

((/images/Etonnants voyageurs.jpg|Etonnants voyageurs|L)) Week-end à Saint-Malo pour la dix-neuvième édition du festival ”[Étonnants Voyageurs|http://www.etonnants-voyageurs.com]”. Un temps de rêve, un soleil incitant le visiteur nonchalant à relâcher avec volupté et sans l’ombre d’une pudeur son petit ventre débonnaire. Déambulé dans les allées des exposants sous la grande tente montée pour l’occasion comme chaque année le long du quai. Un peu assommé, une nouvelle fois, par la pléthore d’ouvrages proposés, par la quantité d’auteurs quêtant le passant pour une dédicace.

LE POIL DE LA BÊTE

J’avoue qu’en ce moment, il faut avoir le moral bien accroché pour se sentir un ”mental de résistant” (pour reprendre l’expression de Grand Corps Malade). Et, à en croire mes visites journalières sur leurs derniers billets, ça ne m’a pas l’air non plus d’aller au mieux chez mes potes de la blogosphère. Notre colère s’est muée en cris de désespoir et d’impuissance. Sensation de tourner en rond, de rabâcher en pure perte. D’aucuns rentrent dans leur cocon. D’autres réduisent le rythme de leurs parutions. Certains abandonnent et passent à autre chose. Je comprends d’autant mieux cette détresse que je ne me sens guère plus fringant.

“MON MEILLEUR COPAIN”

((/images/aborigene.JPG|peinture_aborigene|L)) Je viens de relire l’excellent ouvrage de Bruce Chatwin, ”Le Chant des pistes” (éd. Grasset & Le Livre de poche), consacré aux Aborigènes d’Australie et aux chants avec lesquels ceux-là tracent leurs pistes dans le désert. On trouve dans ce livre essentiel de judicieuses considérations sur ce qui sépare le sédentaire du nomade. Justement, un “nomade”, il y en a un dans la rue principale de ma petite ville, le jour du marché…

EUPHORIE

En avril, les places boursières mondiales ont un peu repris du poil de la bête. Loin encore de revenir à leur niveau du début de l’année, cahin-caha et avec des dents de scie impressionnants, mais disons qu’elles ont un peu enrayé la dégringolade. Ça m’a étonné. Aucun indicateur économique, aucune prévision ne justifiait cette soudaine bouffée d’euphorie. Je me suis penché sur la question pour en comprendre les raisons.

REPRISE

((/images/reprise.jpg|Reprise|L))Demain, 1er mai ! Ça y est, c’est vraiment l’anniversaire de Mai 68 ! Qu’est-ce que vous diriez d’une petite facette décalée, un brin émouvante, comme ça en passant, des fameux “évènements” ? En voici une filmée sur le tas par des étudiants en grève de l’IDHEC (Institut des Hautes Études Cinématographiques) le 10 juin de la même année brûlante. Le titre : ”Wonder Mai 68”. Tout un poème ! Le précieux joyau fut repris vingt-huit ans plus tard par le cinéaste Hervé Le Roux dans son film ”Reprise”. Accrochez-vous, on est parti. D’abord, une petite intro de présentation pour la mise en bouche…

SANS ATTENDRE

””On ne se connait pas bien, je commente rarement chez toi. Mais quand je lis tes billets, je suis toujours déçue par la conclusion, qui est toujours un peu la même” (…) ”: le monde va à la catastrophe, la plupart des gens méritent ce qui va leur arriver, seul-es ceux et celles qui restent debout et conscient-es s’en sortiront, y’a qu’à attendre.”” Je résume ici un commentaire précédent signé par Christine ([Le(s) suiveur(s) des choses|http://aldebaran.eu.org]). Euh bon, si tant est que quand on est mal compris, c’est qu’on s’est mal exprimé, je vais essayer de préciser ici le contenu des deux cent dix premiers billets de ce blog. (Pas de panique, je vais faire court !)

LE MENTAL DU ROUGE-GORGE

((/images/rougegorge.jpg|rouge-gorge|L)) ””Mon bon Yéti, je ne sais pas à quel degré de sinistrose tu es parvenu, bien que chaque fois qu’on te fasse la remarque, tu prétends avoir un moral d’acier !!”” Ce commentaire de mon ami vieil anar ne cesse de me trotter dans la tête. Il est vrai que les situations décrites dans mes derniers billets peuvent frapper par leur catastrophisme. Et elles le sont. Pourtant, je m’efforce de garder le mental d’un rouge-gorge à l’arrivée du printemps. Vous avez déjà observé un rouge-gorge ? Ce n’est pas l’écervelé roucouleur que l’on imagine.

FAIBLESSES DE L’EMPIRE

On glose souvent sur la militarisation policière de la planète, sur les risques qui pèsent sur nos libertés, sur la mise en fiches de tous les individus du globe, sur la manipulation des masses par les médias aux ordres. On a raison si l’on décrit les intentions des puissants de l’Empire. Mais la réalisation de ces intentions prend sacrément la flotte ! Et les fissures qui lézardent la forteresse, de plus en plus criantes, mettent en péril leur vaisseau boursoufflé. Prenons quelques exemples en commençant par le plus rigolo : cette affaire du Ponant et l’inénarrable arrestation, par la grande armée française, d’une poignée de “pirates” faméliques.

GRANDS CORPS VIVANTS

((/images/GCV.jpg|grands_corps_vivants|L))C’est toujours comme ça. Quand on traverse des passes difficiles — et en ce moment on est servi ! — la poésie repointe toujours le bout de son nez. La poésie toute nue, la poésie toute crue, sans vains ornements ni colifichets. Comme exutoire à notre colère et baume à notre désarroi. Apollinaire au temps de la première ””der de der”” ; Char, Desnos, Éluard pendant la saloperie nazie ; aujourd’hui, deux tisons tout brûlants dont j’aimerais vous dire un mot.

JO : BOYCOTT SANS CONDITIONS !

((/images/beijing_2008.jpg|RSF|L))””Il ne faut pas boycotter les JO, pour que des hommes comme eux” (NB : Tommie Smith et John Carlos, levant leurs poings gantés aux Jeux de Mexico 1968) ”puissent se rencontrer pour vivre encore des histoires telles que celle-là.”” Voilà un commentaire ajouté par mon ami Nose de Champagne à la suite du billet [”Histoire émouvante”|http://www.yetiblog.org/index.php?2008/04/10/84-histoire-emouvante]. Plusieurs autres interventions allaient dans le même sens. J’avoue avoir hésité, réfléchi. Mais non, il n’y a plus aucune raison d’aller à ces JO et toutes les raisons de ne pas y aller, en Chine ou ailleurs. C’est mort !

AU CŒUR DE LA TOURMENTE

((/images/emeutes-de-la-faim.jpg|emeutes_de_la_faim|L)) Voilà quelques temps que nous alertions ici sur l’imminence d’une explosion mondialisée d’une extrême gravité. C’est avec la plus immense désolation que nous constatons aujourd’hui l’exactitude de ces prédictions. Pas trop compliquées, d’ailleurs, les prédictions, tant les signes annonciateurs en étaient patents. Et nous y voilà ! Nous ne sommes plus à la veille d’un cataclysme. Nous sommes désormais en plein cœur de la tourmente.

LE BORDEL

((/images/manifetudiantsJMelin.jpg|manifetudiantsJMelin|L))Dany Cohn-Bendit, qui a parfois encore des remontées salutaires de lucidité juvénile, a une nouvelle fois trouvé les mots justes : ””Il faut foutre le bordel à Pékin !”” OK, pas de problème, cher Dany, que dirais-tu si nous reprenions aussi ta formule pour notre cher pays ?

HISTOIRE ÉMOUVANTE

”L’histoire que vous allez lire maintenant est une des plus émouvantes que je connaisse. Je le dis avec d’autant plus d’humilité que je n’en suis pas l’auteur. Il est d’une inconnue dénommée Lnela. Voici son texte, illustrations comprises.” ///html

==========

Vous rappelez-vous ?

Une histoire vraie et émouvante

/// ((/images/histoire_emouvante 1.jpg|les trois amis avant|C))