Le gouvernement grec soutient Papandréou « à l’unanimité »

Tout semble aller très vite. Certains pouvaient encore voir hier un acte isolé et suicidaire dans l’annonce du premier ministre grec d’organiser un référendum sur le énième plan de sauvetage européen du 26 octobre. Mais le cabinet grec, réuni en session extraordinaire dans la nuit du 1er au 2 novembre, a approuvé << à l’unanimité >> la décision de son chef.

Rebondissement en Grèce : la parole est au peuple

grece_austerie_manif_inside.jpg

Il avait déjà paru céder une première fois en juin sous la pression des “Indignés” qui assiégeaient son  parlement. Puis semblait s’être repris. Cette fois, Georges Papandréou, premier ministre grec, vient de lâcher prise.  Le peuple grec aura bien son mot à dire sur le sort qu’on lui réserve : un référendum.

Quand nous en reviendrons au nouveau franc…

L’issue ne fait plus guère de doute, même pas dans l’esprit de ses plus ardents défenseurs : l’euro est à terme condamné, sanctionnant l’échec de l’Union européenne (UE) à prétendre être une entité économique et politique sérieuse. La nature ayant horreur du vide, chaque pays membre se devra, de gré ou de force, de revenir à une monnaie nationale.

Union européenne : sur leur bateau ivre, ils sont devenus fous !

Incroyable ! Au lendemain de la nuit du 26 octobre où, dans un capharnaüm indescriptible, des dirigeants européens au bord de la crise de nerfs ont “négocié” ce qu’ils ne pouvaient en réalité que subir, c’est l’euphorie qui s’est emparée des marchés !

Wang Yue ou l’implacable retour à la barbarie

J’ai mis du temps à me décider à écrire sur un tel sujet. Mais comme beaucoup d’autres — Olivier Berruyer (les-crises.fr), Pierre Haski (Rue89) — je pense que l’on ne pourra pas surmonter la crise de la Grande perdition si l’on n’ouvre pas les yeux sur ce qui la caractérise. Et nous reconduit tout droit à la barbarie.

Dettes européennes : premiers pas vers une annulation

En juillet dernier, le monde de la finance privée s’est pris à frissonner d’effroi lorsque les autorités européennes reconnurent la nécessité d’une décote de 21% pour la dette grecque. Réunis ce week-end dans ce qu’ils appellent un dernier compte à rebours, les mêmes autorités viennent de porter cette décote à au moins 50%. En attendant mieux (enfin, pire pour certains !)

Quand Paul Jorion s’en prend à la propriété privée

Carrément subversif le dernier billet-vidéo de Paul Jorion intitulé Le grand mystère des choses enfin révélé. À coup sûr, certains de ceux qui l’entendront auront tôt fait de lui glisser un couteau entre les dents. Car remettre en cause la propriété privée et sa transmission par héritage, fallait oser !

Crise phase terminale : du blocage systémique au chaos social et politique

La Grande crise — dite aussi de la “Grande perdition” — est désormais entrée dans sa phase terminale. Au blocage systémique succèdera bientôt le chaos politique, social et plus encore, moral. Une question de semaines, de mois tout au plus.

La journée planétaire des Indignés : une “fuite” historique !

journee_planetaire_indignes.png
Oh, le succès qu’ils se sont payés, les Indignés, lors de leur première journée planétaire du samedi 15 octobre, de Madrid à New-York en passant par le Canada, Paris (un brin faiblard), l’Italie, le Portugal, l’Allemagne, Londres, la Grèce, la Nouvelle-Zélande et même quelques manifestations sporadiques en Asie… 951 villes, 82 pays touchés !

Quand Frédéric Lordon raconte “la Grande perdition”

Tiens, ça fait un bail que je ne vous ai pas parlé de la Grande perdition. Elle bat sont plein, merci. Ses métastases continuent de ronger un système pourri jusqu’à l’os, condamné. Autour les Diafoirus s’agitent en tout sens, annoncent des décisions qu’ils ne sont plus capables de mettre en œuvre, rincés, crient à la guérison pour ce qui n’est que courte rémission de moribond.

Arnaud Montebourg ou l’éternel impétrant giratoire

Et voilà le travail : Arnaud Montebourg déclare qu’au second tour de la primaire socialiste, il votera « à titre personnel » pour François Hollande. C’est-à dire pour le candidat le plus opposé aux idées qu’il avait développées au tour précédent. Au nom de « l’utilité » et de << l’efficacité >>.

Présidentielle 2012 : de l’inutilité nocive du “vote utile”

Ah, le boulet, on prend les mêmes ou presque et on recommence ! Après le match Sarko/Ségo de 2007, voilà que l’on s’achemine pour 2012 vers une “combatitude” entre le même coquelet énervé (à moins que Juppé…) et le mol champion de la pseudo gauche javellisée. Sans moi !

Pourquoi je ne voterai pas au second tour de la primaire socialiste

À la veille du premier tour de la primaire socialiste, j’ai indiqué que je voterai Montebourg. Ce n’était évidemment pas pour la “gueule d’ange” du candidat, mais pour son programme. Et parce qu’il remplissait trois points essentiels à mes yeux.

De quelques sympathisants frontistes en leurs cages

Lu en une de Rue89, le débat entre Martin Hirsch, ex “Haut-commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté”, et quelques sympathisants du Front national. Impression cafardeuse d’une déroute : celle de Martin Hirsch et des réponses insignifiantes qu’il apportait à ses contradicteurs frontistes.

Le démantèlement de la banque Dexia n’est qu’un hors-d’œuvre amer

Le scénario de cette Grande perdition est décidément d’une transparence lumineuse. Sauf pour ceux qui ont les yeux un brin m… chargés. Ce qu’un enfant anticipe, ils l’aperçoivent trop tard. Les voilà qui démantèlent en catastrophe la banque Dexia, laquelle avait pourtant parfaitement réussi les stress-tests de juillet dernier LOL

La lettre de cachet du seigneur Trichet à son féal Berlusconi

Petit à petit, la crise de la Grande perdition taille en lambeaux les ultimes fausses apparences du système et met à nu les ressorts d’une malsaine réalité. Ainsi de cette lettre « secrète » du président de la Banque centrale européenne (BCE), Jean-Claude Trichet, au premier ministre italien, Silvio Berlusconi.