Bruno Guigue : avec le décret migratoire, Trump défie Téhéran

Trump_Travel_Ban.jpg
 

Le décret migratoire de Donald Trump visant sept pays du Moyen-Orient, à l’évidence, est une opération démagogique. Mais elle n’est pas non plus, comme on le verra, exempte d’arrière-pensées géopolitiques. Chercher les raisons de cette décision dans les impératifs de la lutte contre le terrorisme, en tout cas, relève de l’exploit intellectuel. Car aucun de ces pays n’a fourni de terroriste ayant frappé le territoire américain, et aucun ne sponsorise les organisations djihadistes.

Le Grand jeu : recompositions

Recompositions.jpg
 

Le deuxième mandat d’Obama avait sans doute porté à son paroxysme l’affrontement des deux blocs. Entre 2013 et 2015, le système impérial américain, incluant ses dépendances européenne et médiatique, s’est arc-bouté, uni, resserré presque jusqu’à l’étouffement. Un objet trop compressé finit par se fissurer, puis éclater — simple loi physique. Géopolitiquement, cela nous a donné le Brexit et l’élection de Trump.

Pourquoi nous avons les Trump que nous méritons (et des moyens d’y résister)

Noam Chomsky
Noam Chomsky

Cette fois, Trump est vraiment président ! Et ses premières mesures sont à la hauteur de ce que l’on pouvait redouter de lui. Plutôt que de manifester contre le résultat d’une élection, les citoyens américains vont désormais être tout à fait fondés de manifester contre les mesures ineptes du nouvel élu. Et de s’interroger sur le comment ils ont hérité d’un si désastreux dirigeant.

Le Grand jeu : Eris διχόνοια

pomme-discorde.jpg
 

Les noces de Thétis et Pélée furent célébrées en présence de toutes les divinités de l’Olympe, à l’exception d’Éris, déesse de la Discorde. qui n’avait pas été conviée. Pour se venger de cet affront, elle s’invita et jeta sur la table nuptiale une pomme d’or gravée de ces mots : « à la plus belle« . La discorde éclata bientôt entre Héra, Athéna et Aphrodite qui se précipitèrent pour la saisir. S’ensuivit le jugement de Pâris sur le mont Ida, l’enlèvement d’Hélène et la guerre de Troie…

Revenu d’existence : la sclérose des esprits de gauche et des désillusions qu’elle promet

Revenu_de_base_2.jpg

La polémique qui fait rage à gauche sur le revenu d’existence (confondu à tort avec sa perversion capitaliste, le revenu de base, nouvelle appellation des minima sociaux) illustre la difficulté qu’ont des esprits formatés à passer d’un vieux monde dépassé fondé sur la croissance et le mythe du plein-emploi, vers un monde d’après consacré à la gestion et à la répartition des richesses et du temps de loisir..

Bruno Guigue : à Washington, c’est la lutte du bien contre le mal

ILLUSTRATION
 

Deux millions de personnes manifestent aux USA pour défendre les droits des femmes et protester contre l’élection du nouveau président. Comme on est aux États-Unis, les stars du show-bizz sont promues en porte-parole de ce vaste mouvement populaire. De loin la plus éloquente, Madonna a annoncé clairement la couleur. Cette manif, elle nous le dit, c’est celle du bien contre le mal.

Sabrina Ali Benali : « Il va falloir trouver autre chose que ça pour tous nous arrêter »

sabrina.jpg
Sabrina Ali Benali

Sabrina Ali Benali, c’est cette jeune interne dont la vidéo déclencha la tempête sur Internet avec plus de 11 millions de vues en quelques jours. Dans cette vidéo, Marisol Touraine, ministre de la Santé, et l’AP-HP (Assistance publique – Hôpitaux de Paris) s’en prenaient plein la figure. Aussitôt branle-bas de combat chez les assiégés.

Le Grand jeu : le genre d’info que vous ne lirez jamais dans la presse…

attention-manipulation15.jpg
 

Rappelez-vous, chers lecteurs, la chute d’Alep n’était qu’horreur et infamie : << crimes de guerre >>, << crimes contre l’univers >>… L’ONU — en fait Samantha Power, qui se prenait sans doute à elle seule pour la communauté internationale toute entière — évoquait avec des trémolos dans la voix << l’humanité effondrée >>. Les civils apeurés se terraient devant la soldatesque assadienne qui massacrait enfants, vieillards et chatons. Derrière l’Attila de Damas, l’herbe ne repousserait pas…