Le Média, sa rédaction, ses socios… et une pétition à signer dare-dare

Le Média, sa rédaction, ses socios… et une pétition à signer dare-dare

Alléchante troisième émission du Média consacrée à la présentation de sa future rédaction. Et rappel d’une pétition de salubrité publique.

D’émission en émission, Le Média s’améliore et se professionnalise très nettement. La présentation des membres de sa rédaction dimanche soir était particulièrement intéressante. D’origine et d’âge très variés, souvent en rupture de ban avec leurs anciens employeurs quand ils en avaient un. Ce qui frappait (le point fort de cette soirée selon moi), c’est la qualité des motivations que chacun était appelé à exposer. Ceux-là savaient manifestement où ils allaient et pourquoi.

Faute de pouvoir tous les citer, je ne vous livrerai aucun nom. Dans ce cas-là, ce sont toujours les personnalités les plus connues qui ressortent et on retombe vite dans ce star-system auquel on voulait échapper. De même, je ne vous dirai pas ceux (pas forcément les plus connus) qui m’ont ce soir-là le plus marqué. Cette rédaction ne vaudra que par l’équipe qu’elle formera et par la complémentarité entre ses membres. Sur ce sujet, je dois avouer que sa première apparition m’a fait particulièrement bonne impression.

Pas de louanges sans (légères) critiques : même s’il va en s’améliorant nettement, le ton doit peut-être encore être nettoyé de cet entre-soi un brin satisfait et de son humour de connivence qui exclut le spectateur non initié ; oublier aussi ces gadgets inutiles genre ce choix d’objet censés illustrer chaque personnalité et heureusement abandonnés au fil de l’émission ; enfin, quelques bugs techniques à régler (micros récalcitrants, panneaux ouverts inopinément…)

À part ça, que du bonheur prometteur, je vous laisse juger :

Pas de Média sans ses “socios”

Le Média émettra quotidiennement à partir du 15 janvier. Le nombre et la qualité de ses émissions dépendront des moyens que lui offriront ses socios, c’est-à-dire ses “actionnaires”, c’est-à-dire vous et moi (NB : pas de pub sur Le Média).

On peut être socio à partir de 5 euros par mois (le prix de l'”action”). Pour ma part, j’ai pris une participation initiale à 8 euros mensuels pour permettre au média d’exister. Je l’augmenterai fin janvier en fonction de la qualité de ce que j’y verrai (imaginez ce que vous dépensez par mois en achetant un quotidien tous les jours).

Devenir socios

La pétition

Ils l’ont répété souvent lors de leur émission de dimanche soir : Le Média entend fournir le contrechamp à l’info unanimiste des médias du microcosme. Le but n’est évidemment pas de remplacer ceux-là, encore moins de lancer une chasse aux sorcières pour virer les grands-prêtres de leur temple.

Mais il y a des limites ! Que chaque média exprime un point de vue, c’est normal, sinon inévitable. Les choix de sa rédaction, les priorités mises en avant dans leur présentation au public relèvent de ces parti-pris tout à fait naturels. Mmes Salamé et St Cricq, MM Apathie et Lenglet ont parfaitement le droit de s’exprimer… mais à condition de ne pas confisquer les moyens d’expression au profit d’une seule cause. À condition de ne pas trafiquer ouvertement les infos sur lesquelles ils s’appuient (l’affaire de l’interview tronquée de Jean-Luc Mélenchon et des applaudissements trafiqués). À condition de respecter la déontologie minimum de leur profession.

La coupe est pleine et a même largement débordé lors du dernier C Politique, émission guet-apens dont Jean-Luc Mélenchon a été la victime. Le succès retentissant de la pétition qui s’en est suivie pour la création d’un Conseil de déontologie du journalisme en France – déjà plus de 111 000 signataires à l’heure qu’il est – témoigne du ras-le-bol des moutons qui ne veulent plus se laisser tondre. À chacun de vous de rejoindre dare-dare la liste des exaspérés :

Partager ce billet

<p>Un “voyageur à domicile” en quête du monde d’après.</p>