Les luttes sociales ne se gagnent qu’en débordant les centrales syndicales

Les luttes sociales ne se gagnent qu’en débordant les centrales syndicales

À la veille des grandes manifestations contre le démantèlement de la SNCF, les manifestants feraient bien de mesurer les forces sur lesquelles elles peuvent véritablement compter. Et ne surtout pas trop s’en remettre aux seules instances dirigeantes des centrales syndicales.

Comme d’habitude, vous pouvez être sûr que les centrales syndicales feront tout pour canaliser et diluer la colère populaire, puis signer des accords a minima qui laisseront libre champs aux réformes dévastatrices du gouvernement. C’est de tout temps l’objectif principal sinon exclusif des instances dirigeantes syndicales : pérenniser leurs structures, avant que satisfaire les revendications de leurs obligés.

On l’a bien vu lors du désolant mois d’octobre 2017 lorsqu’elles firent avorter toutes les tentatives de mobilisation sérieuse contre la loi Travail 2. Et Mickaël Wamen, du syndicat CGT Goodyear, vient une nouvelle fois de s’en rendre compte avec la signature par son propre syndicat d’un texte actant des ruptures conventionnelles collectives à la Société Générale.

Mickaël Wamen :

« C”EST QUOI CE BORDEL ???

Depuis quand des syndicats CGT signent ils des accords de ruptures conventionnelles collectives ??? Nous ne pouvons pas accepter cela en interne, c’est une honte…

Ce jeudi, trois syndicats représentants une majorité des salariés de la Société Générale (SNB/CFE-CGC, CGT, CFTC) ont en effet signé l’accord organisant la suppression de 2.135 postes dans son réseau d’agences d’ici à 2020.

Et comble de tout, c’est la CFDT qui est la seule à s’opposer à la signature !!!

Va falloir quand même stopper ce bordel hallucinant, la presse se délecte de cet accord signé par la CGT… Les médias depuis ce matin passent cela en boucle, putain on est loin de la lutte des classes !!!

Ça sent vraiment pas bon, car si on commence à accompagner la mise en œuvre des ordonnances on va perdre toute crédibilité. Comment expliquer un tel accord ???

Non seulement le mouvement pour faire reculer le gouvernement n’est pas annoncé, on va aux concertations sur la destruction du rail, l’appel à la grève tarde et aucune feuille de route n’est une fois de plus proposée et pour clore le tout on se met à signer des ruptures conventionnelles collectives !!!

La ligne politique syndicale doit évoluer et vite, nous sommes en échec depuis des annnées collectivement et cela par manque de stratégie globale, des camarades se battent avec force et pour certains obtiennent des victoires mais cela reste trop isolé, nous ne gagnerons pas à continuer à nous isoler et nous disperser…

NON, la CGT ne signe pas de ruptures conventionnelles collectives, ce sont des pros lutte des places qui le font ni plus ni moins !!!

Ces gens là, n’ont rien à voir avec nos valeurs et ils devraient être exclus, car nous avons mené une lutte pendant des mois contre ces ordonnances ce n’est pas pour admettre que certains qui utilisent notre étiquette, signent des accords de ruptures conventionnelles…

La réaction doit être à la hauteur de cet acte inadmissible, les médias n’attendaient que cela pour enfoncer encore plus le clou…

Plus que jamais :
VIVE LA LUTTE DES CLASSES
STOP À CELLE DES PLACES…
La CGT Goodyear »

La leçon de l’histoire – et vous pouvez vérifier en remontant absolument toutes les dates des grands acquis sociaux du 20e siècle – c’est que les luttes sociales ne se gagnent que lorsque “la base” parvient à déborder les instances dirigeantes des grandes centrales syndicales.

Partager ce billet

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.