Luis de Guindos : un pion espagnol dans la forteresse BCE

Luis de Guindos : un pion espagnol dans la forteresse BCE

Récompense au bon élève de la rigueur tout azimut : l’Espagne obtient un poste-clé en plaçant un de ses pions (très néolibéral) dans la forteresse BCE. Le nom du pion : Luis de Guindos Jurado.

Luis de Guindos est le ministre espagnol de l’Économie.

Luis de Guindos s’est rendu aux États-Unis du 1er au 4 juin 2017 : il a participé à la réunion du Groupe de Bilderberg.

Il a fait allégeance à l’empire.

L’empire a été content de son vassal.

Et donc l’empire a récompensé son vassal quelques mois plus tard.

Luis de Guindos vient d’être désigné nouveau vice-président de la Banque centrale européenne.

Ministre de l’économie espagnol depuis décembre 2011, il a été le principal artisan de la “reprise” dans son pays. Son credo : austérité dans les administrations publiques et réformes pour libéraliser le marché du travail.

Cerise (pourrie) sur ce gâteau (infect) : Luis de Guindos est aussi un ancien collaborateur de la banque prédatrice Goldman Sachs. Comme son nouveau boss, Mario Draghi.

Partager ce billet

Mes priorités : sortir de l’Union européenne, sortir de l’euro, sortir de l’Otan.