Leak : un câble diplomatique dévoile la « stratégie occidentale » de partition de la Syrie

Leak : un câble diplomatique dévoile la « stratégie occidentale » de partition de la Syrie

Hits: 10472

Richard Labévière vient de publier en exclusivité sur le site Proche & Moyen-orient.ch le compte-rendu d’un télégramme diplomatique britannique “leaké” [photo] révélant crûment la stratégie belliciste de la coalition occidentale au Moyen-Orient.  À partager absolument (aucune trace de cette info dans les médias français).

Auteur de ce télégramme diplomatique (TD) : Benjamin Norman, diplomate en charge du dossier Proche et Moyen-Orient à l’ambassade de Grande Bretagne à Washington.

Le TD, cinq pages datées du 12 janvier 2018, rend compte de la première réunion d’un « Petit groupe américain sur la Syrie » [NB : tous les passages en italique sont extraits du TD, ndlr] qui s’est tenue à Washington le 11 janvier 2018.

Liste des participants :

  • le Britannique Hugh Cleary (chef du Département Proche et Moyen-Orient du Foreign Office) ;
  • le Français Jérôme Bonnafont (directeur ANMO/Afrique du Nord et Moyen-Orient au Quai d’Orsay) ;
  • l’Américain David Satterfield (Secrétaire d’État-adjoint américain chargé du Moyen-Orient) ;
  • le Jordanien Nawaf Tell ;
  • le saoudien Jamal al-Aqeel.

Est résumé dans ce TD, explique Richard Labévière, le détail de la « stratégie occidentale » en Syrie :

  • Saboter les pourparlers d’Astana et de Sotchi, organisés par la Russie, pour empêcher que n’y soit conclue une Pax Russiana.

« Ne plus se satisfaire des propos mielleux de Lavrov, afin de mettre Moscou sous pression. »

  • Consolider le processus concurrent de Genève, sous strict contrôle américain, et pourtant considéré jusqu’à présent comme « un échec » par les participants du « Petit groupe » :

« La vérité étant que nous n’avons tout simplement pas la capacité d’empêcher le régime de grignoter les poches de l’opposition restantes à Idlib et à l’est de la Ghouta. »

  • Poursuivre une intense campagne de communication sur les bombardements russes et syriens qui tuent des civils :

« Nous devons continuer – ce que nous faisons déjà – à dénoncer l’horrible situation humanitaire ainsi que la complicité russe dans la campagne de bombardements de cibles civiles. »

  • Maintenir une importante présence militaire américaine en Syrie (dixit David Satterfield), en procédant à « une manipulation prudente » de l’opposition et en s’ingérant dans le conflit opposant la Turquie aux Kurdes de l’YPG à Afrin :

« Une vraie réaffirmation du leadership des États-Unis dans les coulisses… »

En filigrane apparaît bien une véritable tentative de partition de la Syrie. Le « Petit groupe » s’est réunie également le 23 janvier. Y auraient été discutés l’usage des armes chimiques et les « consignes » à remettre à Staffan de Mistura, représentant spécial de l’ONU aux négociations de Genève.

Enfin, l’Égypte, l’Allemagne, mais aussi la Turquie sont pressentis pour rejoindre le « Petit groupe », mais, écrit Benjamin Norman, « la discussion avec elle [la Turquie] risque d’être empoisonnée par les Kurdes, ce qui rendra plus difficile la neutralisation d’Astana. Il n’y a donc pas urgence à intégrer ces trois derniers pays ».

=> Source : Richard Labévière, Proche & Moyen-orient.ch

Partager ce billet

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.