Le Média a un mois : bilan globalement très positif

Le Média a un mois : bilan globalement très positif

On l’attendait bien sûr au tournant. À quoi allait donc ressembler ce nouveau Média hors microcosme ? Bilan d’un mois d’existence par un téléspectateur qui n’a raté aucun de ses JT et commence à découvrir ses nouvelles émissions.

Eh bien, ceux qui condamnaient par avance « le média de Mélenchon » en sont pour leurs frais. Le bilan de ce premier mois s’avère très globalement positif et très encourageant pour l’avenir.

Un JT sobre et respectueux de ses invités

Entendu certains dans les rangs insoumis critiquer l’austérité du Journal télévisé , sa présentation « vieillotte »,  le manque d’images pour illustrer les sujets.. C’est de mon point de vue ne s’être pas suffisamment affranchi des paillettes de l’information-spectacle délivrée en grand-messe par les médias mainstream, que de se laisser aller à ce genre de critiques.

La principale qualité de ce JT me paraît au contraire tenir à sa sobriété et à sa clarté. Il est enrichi de façon très satisfaisante par la qualité de ses magazines et interviews (remarquables celles menées Noël Mamère).

Une autre qualité, et non des moindres, de ce JT tient au respect témoigné aux invités de plateau. Respet du temps de parole, sans interruptions agressives, ni contraintes de temps abusives.

Quelques critiques

Alors pas de critiques vraiment ? Bien sûr que si.

Une de pure forme, assez bénigne d’ailleurs : pas la peine de ponctuer l’annonce de chaque réformes douteuses du gouvernement de « bien entendu », « évidemment » ou autres « on s’en doutait » ; ce genre de connivence critique me paraît inutile : c’est aux spectateurs de faire ce genre d’interjections si ça leur chante, pas aux journalistes qui leur délivrent l’info.

Une autre critique, de fond cette fois, qui me semble plus fâcheuse et qui toucha à trois reprises des sujets aussi sensibles que le Venezuela (JT du 26/02) et la Syrie (JT du 7/02 et du 10/02). L’annonce à tort (reconnue par Le Média dans le JT suivant du 29/01) d’une interdiction de l’opposition par le leader vénézuélien Maduro pour la présidentielle de juin, et des infos sujettes à caution et non sourcées sur la brutalité supposée de la répression menée par les forces d’Assad autour de Damas. Non pas que ces sujets soient tabous, mais nous ne sommes pas là non plus pour avaler en boucle des brèves en chaîne de l’AFP, des infos non sourcées présentées sans conditionnel de précaution, et distillées pour peu que l’on se renseigne par des organismes aussi contestables que les Casques Blancs de la “Défense civile syrienne” ou l’Observatoire syrien des Droits de l’homme (OSDH).

Des magazines prometteurs

Allez, passons sur ces quelques erreurs que l’on attribuera à des fautes de jeunesse, pardonnables si elles ne se reproduisent pas trop souvent. Pour ma part, je vais continuer à regarder avec intérêt le JT du Média et à le partager chaque jour sur ma page de Yéti (avec mes remarques critiques si nécessaires).

Je termine en soulignant l’excellente tenue des premiers magazines publiés hors JT : mention spéciale à L’Entretien libre d’Aude Lancelin, Les Sujets qui fâchent de Gérard Miller, Ils sont tous là toujours de Gérard Miller (un peu bavard cependant, celui-là, dans sa première émission  😉 ).

Quant à ceux qui, comme moi, souhaitent ardemment que l’aventure du Média continue, il est toujours temps pour eux de rejoindre la Communautés des socios.

Partager ce billet

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.