Le procès merdeux fait à Ivan Rioufol

Que je vous dise : Ivan Rioufol, ce n’est pas vraiment ma tasse de thé. En vrai, c’est à peine si je connais ce type, juste de nom. Il officie dans deux médias (Le Figaro et CNews) que par principe je ne regarde jamais.

Mais une polémique est survenue sur les réseaux sociaux qui m’a interpellé. Elle est partie d’une déclaration de l’intéressé affirmant que les ghettos juifs comme celui de Varsovie avaient été justifiés par les nazis sous des prétextes sanitaires (la lutte contre le typhus et la tuberculose). Écoutez bien sa déclaration complète (pas longue du tout, 1 minute 13) :

Et de fait, c’est bien la vérité historique que décrit Ivan Rioufol. Le ghetto juif de Varsovie est initié par les nazis le 23 septembre 1939. Il est consacré le 2 octobre 1940 avec une date limite de transplantation obligatoire de tous les juifs du coin le 12 octobre 1940. Dès le 7 novembre 1940, les nazis justifient bien l’existence de ce ghetto par des prétextes sanitaires (et non plus confessionnels) : le ghetto juif de Varsovie est décrété officiellement « zone d’épidémie », puis « zone de contagion ». Quelques jours plus tard, le 16 novembre 1940, forts de ces prétextes sanitaires, les nazis ferment le ghetto et l’entourent d’un mur infranchissable. Pratique pour ce qui est d’enfermer toute une communauté dans ce qui va devenir son mouroir.

La merde dans les têtes des chiens

Mais la meute des chiens, volontaires ou complaisamment contaminés, va se déchaîner contre Ivan Rioufol, d’abord en prenant un extrait beaucoup moins long de son intervention (19 secondes), puis en inversant la charge de la preuve : Ivan Rioufol (crient les chiens) justifie la création du ghetto juif de Varsovie par des mesures sanitaires  !

Vera Sharav, rescapée juive de l’holocauste, confirme les affirmations d’Ivan Rioufol

Évidemment, c’est tout l’inverse que prétendait Ivan Rioufol : le prétexte sanitaire a permis aux nazis de parquer les juifs, tout comme aujourd’hui les pass sanitaire puis vaccinal permettent d’exercer une ségrégation contre ceux qui résistent aux délires de gouvernants déments. (Évitez je vous prie, de me dire que les conséquences ne sont pas les mêmes, VOUS NE SAVEZ PAS ENCORE quelles vont être les conséquences des mesures discriminantes actuelles, tout comme les juifs polonais ne savaient pas ce qu’il allait leur advenir de funeste quand se montait le mur de la honte autour d’eux.)

Mais qu’importe aux chiens quand ils tiennent leur os. La merde est dans les têtes, volontaire et calculé quand il s’agit des salauds ordinaires (BHL, Roselyne Bachelot, Raphaël Enthoven, Bruno Masure…), plus désolante quand elle contamine ceux dont vous pensiez être proche (Samuel Gontier…).

Pour finir, regardez donc ce que dit Vera Sharav, rescapée juive de l’holocauste, à propos de la crise sanitaire d’aujourd’hui et de son exploitation par les salauds volontaires ou contaminés :

VIDÉO – Entretien historique entre l’avocat Reiner Fuellmich et Vera Sharav, rescapée de l’holocauste, concernant la crise planétaire dite du covid-19.
A propos de Pierrick Tillet 4102 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.