Le Grand jeu : sur les RAI

Le Grand jeu : sur les RAI

Tout amateur du Grand jeu est familier des innombrables acronymes qui égrènent la colossale bataille pour l’Eurasie : OTAN, BTC, OBOR, IPI, TAPI… À cet égard, un nouveau venu est en passe de frapper très fort : le RAI (Russie-Azerbaïdjan-Iran). Il y a un an et demi, dans un billet intitulé Journées importantes, nous écrivions :

Dans le grand classique cinématographique de David Lean, lorsque le général britannique renâcle à détacher Lawrence chez les tribus arabes, le rusé Dryden, archétype du brillant diplomate qui était alors la norme du Foreign Office (les choses ont changé depuis), lui rétorque : « Bien des grandes choses commencent petitement. » Or, nous vivons peut-être l’un de ces moments anonymes qui, pourtant, porte en germe d’énormes conséquences pour le futur.

Ce lundi, se sont en effet réunis à Bakou les présidents russe, iranien et azéri. Parmi les sujets divers et variés discutés (contre-terrorisme, coopération dans l’industrie d’armement etc.), il y en a un qui nous intéresse particulièrement : le projet d’un corridor de transport Nord-Sud reliant les trois pays.

Jusqu’ici, rien que de très banal en apparence. Coopération régionale, volonté d’intensifier les échanges ; une petite chose dirait Dryden. Sauf que… à terme, le but n’est ni plus ni moins que de concurrencer le canal de Suez !

« Le projet de corridor de transport international “Nord-Sud” est appelé à réunir les meilleures conditions pour le transit des marchandises depuis l’Inde, l’Iran et les pays du Golfe vers l’Azerbaïdjan, la Russie et plus loin vers le Nord et l’Ouest de l’Europe”, a déclaré le chef de l’État russe Vladimir Poutine devant les journalistes azerbaïdjanais à la veille de sa visite dans leur capitale.

Il s’agit en fait de non seulement créer des corridors de transport vers l’Inde, le Pakistan et l’Irak, mais aussi et surtout de former l’espace eurasiatique de transport nord-sud.

En ce qui concerne l’avantage économique de la voie “Nord-Sud”, on peut dire que l’envoi d’un conteneur de 40 pieds de Francfort-sur-le-Main en Asie du Sud par le canal de Suez revient aujourd’hui à 5.670 dollars. Son transport par le corridor de transport international “Nord-Sud” coûte, dès aujourd’hui, 2.000 dollars de moins et il est de 15 à 20 jours plus rapide. »

Ce que l’article ne dit pas, mais qui sous-tend évidemment le projet, c’est le fait d’éviter l’océan “international” (c’est-à-dire la puissance maritime anglo-saxonne) et de favoriser les voies de transport continentales où l’empire n’a pas son mot à dire. En un mot, accélérer l’intégration de l’Eurasie. McKinder, ne regarde pas cette carte.

Car le corridor est bien sûr à mettre en parallèle (même si géométriquement, ce serait plutôt en perpendiculaire) avec les pharaoniques routes chinoises de la Soie qui courront est-ouest. Pékin doit suivre le dossier de près et a sûrement été briefé par Moscou. Rappelons à cette occasion ce que Poutine déclarait avant sa visite en Chine le mois dernier : « Dire que nos deux pays coopèrent stratégiquement est dépassé. Nous travaillons désormais ensemble sur tous les grands sujet. Nos vues sur les questions internationales sont similaires ou coïncident. Nous sommes en contact constant et nous nous consultons sur toutes les questions globales ou régionales. »

Le corridor RAI (Russie-Azerbaïdjan-Iran) se combinera avec les voies chinoises pour former un maillage eurasien serré par lequel transiteront marchandises et hydrocarbures. De Lisbonne à Pékin et de l’Océan indien à l’Océan arctique. Un seul absent dans tout cela : les États-Unis, dont la capacité de nuisance s’amenuise à mesure que l’intégration de l’Eurasie se poursuit.

Si le RAI devrait bientôt voir le jour, mentionnons tout de même, pour être tout à fait exhaustif, les quelques obstacles auxquels il pourrait faire face. Si la Tchétchénie a été totalement pacifiée par le rude Kadyrov, le Daghestan par où doit passer le corridor connaît encore des flambées de violence et de terrorisme, quoique de moins en moins nombreuses. Plus au sud, l’Arménie, alliée de Moscou et ennemie irréductible de Bakou, risque peut-être de se sentir quelque peu marginalisée ; il faudra tout le tact diplomatique du Kremlin pour convaincre Erevan que ce qui est bon pour l’Azerbaïdjan n’est pas forcément mauvais pour l’Arménie. Enfin, l’Iran manque d’infrastructures, mais ne serait-ce pas justement l’occasion d’un premier gros coup de la BAII ou de la banque des BRICS ?

Il y a quatre mois, nous ajoutions :

Au-delà des rodomontades américano-israoudiennes, l’Iran est plus que jamais au centre du jeu et la visite de Poutine le 1er novembre l’a magnifiquement symbolisé, au grand dam des Spykman boys et autres néo-cons. Accords gaziers et pétroliers – notamment la construction d’un gazoduc irano-russe via l’Azerbaïdjan (pour alimenter l’IPI dans le futur ?) et 30 Mds d’investissements de Rosneft dans le secteur énergétique iranien, profitant de la persophobie du Donald qui laisse les euronouilles vassales dans la gêne et l’indécision.

L’Iran semble de plus en plus devenir la porte de la Russie vers les mers chaudes et le meilleur moyen de relier énergétiquement l’Asie du sud. Dans cette optique, de par sa position géographique, l’Azerbaïdjan a évidemment une carte à jouer et ce n’est sans doute pas un hasard si la visite de Vladimirovitch s’est achevée par un sommet tripartite.

Outre le pipeline trans-azéri mentionné ci-dessus, relevons la volonté de dédollariser les échanges bilatéraux ou encore un accord de libre-échange entre l’Union économique eurasienne et l’Iran. Last but not least, le développement du Corridor caspien nord-sud afin de connecter par voie ferroviaire et routière la Caspienne et l’Océan indien.

Depuis, plusieurs faits ont confirmé la tendance lourde que nous envisagions. La ligne ferroviaire Iran-Azerbaïdjan a été ouverte et Bakou y est fortement intéressée, la coopération économique, diplomatique et militaire (que de chemin parcouru depuis le soutien perse au frère ennemi arménien dans les années 90…) entre les deux pays s’intensifie.

De son côté, l’ours n’est évidemment pas absent. La lune de miel russo-iranienne se poursuit et ressemble de plus en plus à l’alliance stratégique entre Moscou et Pékin (comme en témoigne l’extraordinaire veto russe à l’ONU sur la résolution condamnant la supposée ingérence iranienne au Yémen, changement tectonique aux énormes implications sur lequel nous reviendrons prochainement). La coopération énergétique n’est pas en reste.

Comme de leur côté, Moscou et Bakou discutent régulièrement ors noir et bleu, on ne sera pas surpris d’apprendre que le RAI énergétique est dans les tuyaux. Un futur corridor susceptible à terme de transporter, via l’Azerbaïdjan et l’Iran, les hydrocarbures russes loin, très loin, vers le Pakistan et l’Inde. Et l’on se rappelle l’IPI 2.0 proposé il y a quelques mois par le Kremlin…

=> Source : Le Grand jeu

Partager ce billet

L'observateur des soubresauts géopolitiques au Moyen-Orient