Le Grand jeu : ils osent décidément tout…

Le Grand jeu : ils osent décidément tout…

Nous devons reconnaître une chose : le système impérial ne manque pas d’imagination et représente une source infinie de divertissement…

La dernière en date vient de Washington et pare à l’avance les accusations de false flag. Écoutez bien, bonnes gens : si les inspecteurs onusiens de l’OIAC, arrivés à Douma, ne trouvent pas trace de bombardement chimique, c’est que les Russes ont caché les preuves ! Ah, ok…

De leur côté, les Saoudiens, autres amuseurs publics devant l’éternel, déclarent sans rire qu’ils sont prêts à envoyer leurs troupes en Syrie. Eux qui sont totalement incapables de battre quelques rebelles houthis en pyjama noir…

Il y a un an et demi, nous écrivions :

Il ne fallait pas être grand clerc pour prévoir l’enlisement saoudien au Yémen et ce blog l’a annoncé à plusieurs reprises (ici, ici ou ici). Deux cartes qui valent tous les discours.

Mai 2016 :

Janvier 2017 :

Malgré ses crimes de guerre, soigneusement passés sous silence par les chancelleries et la presse occidentales saoudolâtres, Riyad n’a pas avancé d’un pouce en huit mois… Les Houthis résistent comme jamais, luttant pour chaque roc, et abattent régulièrement leur lot de wahhabites. Combien de couleuvres la maison des Seoud pourra-t-elle encore avaler ?

Gagnant en capacités stratégiques (bons baisers de Téhéran ?), les Houthis leur balancent maintenant missile sur missile, l’une des dernières salves ayant touché Riyad et Aramco, ce qui a provoqué une flambée passagère du prix du baril. Ah au fait, le Seoud n’a toujours pas avancé au Yémen…

=> Source : Le Grand jeu

Partager ce billet

L'observateur des soubresauts géopolitiques au Moyen-Orient