Le Grand jeu : Ghouta goutte

Le Grand jeu : Ghouta goutte

Ça va mal pour les barbus modérément modérés si chers à la MSN occidentale (à noter tout de même l’exception du Figaro, plus honnête il y a quelques jours). La Ghouta, symbolique fief rebelle depuis le début de la guerre syrienne, celui où a vraisemblablement eu lieu le premier et principal false flag du conflit en 2013, est en train de sérieusement perdre ses poils.

Depuis le début de l’offensive loyaliste fin février, plus de 60% du territoire de l’enclave a été repris (les pointillés de la carte indiquent la situation de départ). Menée par les désormais légendaire Tiger Force (à ne pas confondre avec les brigades du Tigre de Clémenceau) et conseillée de près par les tacticiens de l’état-major russe, l’attaque a d’abord coupé la poche en deux avant – suivant le précepte Jamais deux sans trois – d’en remettre une couche et de la diviser en tiers (payants… et payés cher par les rebelles).

Harasta, le plus petit morceau, semble être la prochaine cible afin de séparer définitivement Douma de Jobar et de s’attaquer à ces plats de résistance. Ce ne sera certes pas une partie de plaisir mais, jusqu’ici, le rythme de l’avancée loyaliste dans la Ghouta laisse rêveur…

=> Source : Le Grand jeu

Partager ce billet

L'observateur des soubresauts géopolitiques au Moyen-Orient