L’appel des Gilets jaunes de Saint-Nazaire pour le 24 novembre

L’appel des Gilets jaunes de Saint-Nazaire pour le 24 novembre

Quand les pauvres commencent à causer, à ne plus avoir honte de leur condition… et à organiser leur révolte, comme ceux de Saint-Nazaire.

Les petits marquis poudrés font la fine bouche devant les Gilets jaunes. Bah oui, on a entendu, on a vu vu quelques belles saloperies de la part de Gilets jaunes ! D’où des discours véhéments où l’on retrouve – tous ensemble, tous ensemble, ouais, ouais ! – le gouvernement de Macron, le Figaro et des gauchistes de salon qui ont décidément perdu leur boussole.

Selon des enquêtes, 25% des troupes de Force ouvrière auraient voté pour Latrine La Haine au premier tour de l’élection présidentielle. En vertu du tri impitoyable recommandé par nos petits marquis poudrés, refusons tous les syndicats et refusons tous les syndicalistes ! Puisque tous ne sont pas d’une pureté idéologique étincelante… et puisqu’ils ne pratiquent pas le tri sélectif recommandé par la Révolution sous copyright.

Laissons les petits marquis à la préparation de leur peut-être future mais pour sûr fort lointaine révolution. « Ceux à gauche qui pensent qu’ils ne feront la révolution qu’avec un peuple révolutionnaire constitué de leurs exacts semblables attendront la révolution longtemps. » C’est notre ami Pensez Bibi qui commence son Bibi billet avec cette citation de Frédéric Lordon.

Si tu as encore envie de quelque autre texte bien senti, bien pensé et bien écrit, je te recommande aussi cette belle lecture intitulée “La dérangeante odeur du pauvre”. « Les Gilets jaunes n’ont plus honte de dire qu’ils sont les perdants de l’Histoire, et ils ont raison : « Il n’y a aucune honte à avoir, aucune, d’être les perdants d’un système aussi vil que celui-là. »

Voici une vidéo des Gilets jaunes de Saint-Nazaire. Elle conviendra sans doute à beaucoup de ceux qui en ont gros sur la patate et le disent chacun à leur façon. Cette vidéo compte déjà un demi-million de vues à peine vingt heures après son arrivée sur Facebook. Faut dire que voilà un jeune pue-la-sueur qui s’exprime dans une langue que tout le monde comprend.

Partager ce billet

Un citoyen ordinaire à la rencontre des personnes cabossées par la vie.