La question des législatives et des futurs législateurs

François Ruffin, seul député à poser le problème de ses émoluments d'élu : "Je serai toujours au SMIC, mon mandat sera toujours révocable, je ne cumulerai toujours pas."

Ceux qui suivent le yetiblog savent le peu de confiance que je mets dans la capacité des institutions et organisations politiques françaises actuelles à gérer le pays en se conformant aux trois principes de notre République (Liberté, Égalité, Fraternité). Le rôle de la Chambre des députés n’échappe pas à cette défiance.

Des émoluments d’élus à la limite du conflit d’intérêts

La principale raison est bassement vénale, à la limite du conflit d’intérêts : le niveau de rémunération des élus du peuple – 7 239,91 €/mois net (sans compter les frais de fonctionnement et divers autres avantages comme la possibilité de cumuler plusieurs indemnités électives) – les éloignent rapidement des préoccupations du peuple pour les transformer en politiciens carriéristes. (Rappelons qu’à Cuba, les élus du peuple – oui, oui, il y en a ! – se voient garantir les revenus professionnels qu’ils percevaient avant d’exercer leurs fonctions électives, rien de plus).

Éviter d’y aller de vos protestations outragées, de vos mains vertueuses sur le cœur, de vos références au programme, rien que le programme. Vous remarquerez qu’aucun programme des prétendants n’aborde jamais le sujet des émoluments d’élus, surtout pas pour les revoir à la baisse. Vous noterez aussi le zèle déployé par les “comités électoraux” des différents partis pour placer leurs cadres dans les meilleures circonscriptions, et l’acharnement des tractations entre organisations “unies” pour se répartir les postes.

Les deux (basses) raisons pour lesquelles je voterai cependant NUPES

Reste qu’en dehors de la rue, les élections, législatives entre autres, sont le seul moyen qui reste aux citoyens pour au moins balbutier un semblant d’opinion. À propos de la prochaine consultation, les abonnés du yetiblog connaissent mes réserves concernant la FI/Union populaire (absente lors du soulèvement populaire des Gilets jaunes, inexistante lors de la crise sanitaire, accro à l’UE et à l’euro…).

Bref, je n’attends pas grand chose de ces élections législatives. Cependant, deux raisons, assez basses j’en conviens, me poussent à aller voter NUPES :

  • c’est le seul moyen de marginaliser le parti des mis en examen et des repris de justice
  • la NUPES me paraît la formation la plus susceptible de se laisser “influencer“ par des mouvements de rue (on se rappelle que le Front populaire de Léon Blum n’avait programmé aucune des grandes mesures que les grandes grèves ouvrières de 1936 lui imposèrent presque à son corps défendant).
A propos de Pierrick Tillet 4095 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.