ABSTENTION 59,4 %, UMP 11,3 %, PS 6,7 %… LA PUNITION

Au soir de l’élection européenne, sur les plateaux de télévision, il n’y avait évidemment aucun représentant des véritables vainqueurs : les abstentionnistes (59,4 %). Une fois de plus, nos importants du cénacle essayèrent de mettre ce camouflet électoral sur le désintérêt du “public” (ils appellent ainsi ceux qui ne sont jamais invités sur les plateaux) pour les enjeux européens.

Pour intéresser son auditoire, encore faut-il soi-même se montrer intéressant. Cela ne risquait guère d’être le cas avec la litanie fatigante des mêmes slogans éculés et des vieilles recettes déphasées que l’on nous infligea tout au long de cette campagne. Rappelons qu’en 2005, lors du référendum sur le projet de constitution européenne, il n’y avait guère plus de 30% de “pêcheurs à la ligne”. Soit une différence d’environ trente points avec cette dernière consultation, excusez du peu ! Nos poudrés des sunlights eurent bien sûr un mal de chien à amalgamer cette nouvelle cohorte de “déserteurs” avec la part indéfectible des réfractaires à l’isoloir (d’ailleurs pas si “réfractaires” qu’on veut bien le dire, car pour être comptabilisé parmi les “inscrits”, il faut déjà avoir fait l’effort d’être allé s’inscrire). Au final, il y a fort à parier que ceux qui prétendent à la gouvernance des affaires de ce “public” si ingrat, voient leur propre crédibilité bien plus menacée que le sort des goujons et des ablettes de nos rivières. Comme à leur habitude, ils n’ont pas manqué de détourner l’attention, avec l’aide bienveillante des incontournables “spécialistes” politiques, sur les “véritables enseignements du scrutin” : – l’avance satisfaite du parti présidentiel (lequel préféra se rengorger du pourcentage obtenu et oublier le nombre riquiqui de ce qu’il lui reste de partisans) ;%%% – la capilotade continue d’un Parti socialiste durablement sonné ;%%% – la claque de Cohn-Bendit faite au vernis christique du fiévreux Bayrou ;%%% – le petit coup de pied-au-cul administré par le Front de gauche à l’impudente morgue solitaire du NPA ;%%% – les ultimes convulsions d’un Front National végétatif ;%%% – l’invisibilité parfaite de toutes les autres listes. Rappelons cruellement à ce petit monde transi en certitudes vacillantes, les véritables résultats de cette élection, comparés non pas aux seuls et bien arrangeants “suffrages exprimés”, mais au nombre total d’électeurs inscrits. Un désaveu cinglant pour la classe politique française, et une nouvelle rebuffade pour leur Europe : __Abstention : 59,4 %__%%% UMP : 11,3 % %%% Parti socialiste : 6,7 % %%% Verts : 6,6 % %%% MoDem : 3,4 % %%% Front National : 2,6 % %%% Front de gauche : 2,5 % %%% NPA : 2,0 % %%% Libertas : 2,0 % * Résultats définitifs ”(Post-scriptum : cette description de la soirée électorale est purement fictive ; l’article a été rédigé le samedi 6 juin, proposé sitôt les premières estimations de 20 h ; tout était si prévisible, si platement convenu et stéréotypé lors de cette désolante campagne. Fiction ?)”

Partager ce billet

Un "voyageur à domicile" en quête d'un changement de civilisation, mais qui n'attend pas "le monde d'après" pour commencer à vivre.

Laisser un commentaire