La menace nucléaire de Poutine devrait être prise au sérieux

Le billet qui suit a été rédigé par Scott Ritter et publié par le site Consortium News. Scott Ritter est un ancien officier du renseignement de l’US Marine Corps ; il a servi dans l’ex-Union soviétique pour mettre en œuvre des traités de contrôle des armements, dans le golfe Persique lors de l’opération Desert Storm et en Irak pour superviser le désarmement (très hypothétique) des armes de destruction massive.


Vladimir Poutine est un fou. Il a perdu la tête. C’est du moins ce que les dirigeants de l’Occident voudraient vous faire croire. Selon leur récit, Poutine – isolé, seul, confus et en colère contre le désastre militaire que subissait la Russie en Ukraine – s’est déchaîné, menaçant ostensiblement le monde entier d’anéantissement nucléaire.

Lors d’une réunion avec ses principaux généraux dimanche, le président russe assiégé a annoncé :

« J’ordonne au ministre de la Défense et au chef d’état-major des forces armées russes de placer les forces de dissuasion de l’armée russe dans un mode spécial de service de combat.”

La raison de cette action, a noté Poutine, est centrée sur le fait que « les pays occidentaux ne prennent pas seulement des mesures hostiles contre notre pays dans la sphère économique, mais les hauts responsables des principaux membres de l’OTAN ont fait des déclarations agressives concernant notre pays » par rapport à la situation actuelle en Ukraine.

Les « forces de dissuasion » dont parle Poutine font référence à l’arsenal nucléaire russe.

Ce qui a fait résonner encore plus les propos du président russe, c’est que jeudi dernier, en annonçant le début de « l’opération militaire spéciale » de la Russie contre l’Ukraine, Poutine a déclaré :

« Personne ne devrait douter qu’une attaque directe contre notre pays conduira à la destruction et des conséquences horribles pour tout agresseur potentiel. »

Il a souligné que la Russie est « l’une des puissances nucléaires les plus puissantes et a également un certain avantage dans une gamme d’armes de pointe« .

Lorsque Poutine a lancé cette menacele Washington Post l’a décrite comme « vide, une simple démonstration de crocs ». Le Pentagone, impliqué comme il l’était dans son propre examen de la posture nucléaire américaine conçue pour faire face à des menaces comme celle-ci, a semblé perplexe, un responsable anonyme notant que les décideurs politiques américains « ne voient pas une menace accrue à cet égard ».

La réponse de l’OTAN

Pour sa part, l’OTAN, l’alliance militaire transatlantique, qui se trouve au cœur de la crise actuelle, a publié une déclaration dans laquelle elle note que :

« Les actions de la Russie constituent une menace sérieuse pour la sécurité euro-atlantique, et elles auront des conséquences géostratégiques. L’OTAN continuera de prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et la défense de tous les Alliés . Nous déployons des forces terrestres et aériennes défensives supplémentaires dans la partie orientale de l’Alliance, ainsi que des moyens maritimes supplémentaires. Nous avons accru l’état de préparation de nos forces pour répondre à toutes les éventualités. »

Caché au bas de cette déclaration, se trouve cependant un passage qui, lorsqu’il est examiné de près, sous-tend le raisonnement derrière la démonstration de muscle nucléairs de Poutine. « Nous avons tenu des consultations en vertu de l’article 4 du Traité de Washington », indique le communiqué. « Nous avons décidé, conformément à notre planification défensive visant à protéger tous les Alliés, de prendre des mesures supplémentaires pour renforcer davantage la dissuasion et la défense dans toute l’Alliance. »

En vertu de l’article 4, les membres de l’OTAN peuvent soumettre toute question préoccupante, en particulier liée à la sécurité d’un pays membre, à la table de discussion au sein du Conseil de l’Atlantique Nord. Les membres de l’OTAN, l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie et la Pologne, ont déclenché la consultation au titre de l’article 4 à la suite de l’incursion russe en Ukraine. Dans une déclaration publiée vendredi, le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a développé la déclaration initiale de l’OTAN, déclarant que l’OTAN s’était engagée à protéger et à défendre « tous ses alliés, y compris l’Ukraine« .

Trois choses à propos de cette déclaration se sont démarquées.

  • Premièrement, en invoquant l’article IV, l’OTAN se positionnait pour une éventuelle action militaire offensive ; ses précédentes interventions militaires contre la Serbie en 1999, l’Afghanistan en 2001, l’Irak en 2004 et la Libye en 2011, ont toutes été menées en vertu de l’article IV de la Charte de l’OTAN. Vue sous cet angle, la prémisse selon laquelle l’OTAN est une organisation exclusivement défensive, attachée à la promesse d’une autodéfense collective, est sans fondement.
  • Deuxièmement, alors que les protections de l’article V (défense collective) ne s’étendent qu’aux membres réels de l’OTAN, ce que l’Ukraine n’est pas, l’article IV permet d’étendre le cadre de la protection de l’OTAN aux non-membres de l’OTAN que l’alliance considère comme un allié, une catégorie dans laquelle Stoltenberg a clairement placé l’Ukraine.

Enfin, l’onction de Stoltenberg à l’Ukraine en tant qu’allié de l’OTAN est intervenue en même temps qu’il annonçait l’activation et le déploiement de la force de réaction de l’OTAN, forte de 40 000 hommes, dont certains seraient déployés sur le flanc est de l’OTAN, jouxtant l’Ukraine. L’activation de la Force de réaction est sans précédent dans l’histoire de l’OTAN, un fait qui souligne le sérieux auquel une nation comme la Russie pourrait attacher à l’action.

Vus sous cet angle, les commentaires de Poutine jeudi dernier étaient mesurés, sains d’esprit et responsables.

Que se passera-t-il si des convois de l’OTAN ou des avions à réaction de l’UE sont touchés ?

Depuis le début des consultations au titre de l’article’V, les membres de l’OTAN ont commencé à fournir à l’Ukraine une aide militaire létale, avec la promesse de davantage dans les jours et les semaines à venir. Ces expéditions ne peuvent accéder à l’Ukraine que par une route terrestre qui nécessite un transbordement via des membres de l’OTAN, dont la Roumanie et la Pologne. Il va sans dire que tout véhicule transportant du matériel militaire meurtrier dans une zone de guerre est une cible légitime au regard du droit international ; cela s’appliquerait intégralement à toute expédition ou livraison affiliée à l’OTAN effectuée par un membre de l’OTAN de sa propre initiative.

Que se passera-t-il lorsque la Russie commencera à attaquer les livraisons d’armes de l’OTAN/UE/États-Unis/Alliés lorsqu’elles arriveront sur le sol ukrainien ? L’OTAN, agissant en vertu de l’article IV, créera-t-elle une zone tampon en Ukraine, en utilisant la Force de réaction jamais mobilisée auparavant ? L’un suit naturellement l’autre…

Le scénario devient encore plus désastreux si l’UE tient sa promesse de fournir à l’Ukraine des avions et des pilotes pour combattre les Russes. Comment seront-ils déployés en Ukraine ? Que se passera-t-il lorsque la Russie commencera à abattre ces avions dès qu’ils entreront dans l’espace aérien ukrainien ? L’OTAN créera-t-elle une zone d’exclusion aérienne au-dessus de l’ouest de l’Ukraine ?

Que se passera-t-il si une zone d’exclusion aérienne (que de nombreux responsables occidentaux promeuvent) est combinée avec le déploiement de la Force de réaction pour créer de facto un territoire de l’OTAN dans l’ouest de l’Ukraine ? Et si le gouvernement ukrainien s’établissait dans la ville de Lviv, opérant sous la protection de ce parapluie aérien et terrestre ?

La doctrine nucléaire russe

En juin 2020, la Russie a publié un nouveau document , intitulé “Sur les principes de base de la politique d’État de la Fédération de Russie en matière de dissuasion nucléaire”, qui décrivait les menaces et les circonstances qui pourraient conduire à l’utilisation d’armes nucléaires par la Russie. Alors que ce document déclarait que la Russie « considère les armes nucléaires exclusivement comme un moyen de dissuasion », il décrivait plusieurs scénarios dans lesquels la Russie aurait recours à l’utilisation d’armes nucléaires si la dissuasion échouait.

Alors que le document de politique nucléaire russe n’appelait pas à l’utilisation préventive des armes nucléaires pendant les conflits conventionnels, il déclarait : « En cas de conflit militaire, cette politique prévoit la prévention d’une escalade des actions militaires et leur cessation sous conditions ».

En bref, la Russie pourrait menacer d’utiliser des armes nucléaires pour dissuader « une agression contre la Fédération de Russie avec l’utilisation d’armes conventionnelles lorsque l’existence même de l’État est en danger ».

En définissant les préoccupations de sécurité nationale de la Russie face aux États-Unis et à l’OTAN en décembre dernier, Poutine fut parfaitement clair sur sa position en ce qui concerne l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN. Dans deux projets de documents de traité, la Russie a exigé que l’OTAN fournisse des garanties écrites qu’elle arrêterait son expansion et assure la Russie que ni l’Ukraine ni la Géorgie ne se verront jamais proposer l’adhésion à l’alliance.

Dans un discours prononcé après les demandes de la Russie , Poutine déclare que si les États-Unis et leurs alliés poursuivaient leur « position manifestement agressive », la Russie prendrait « des mesures militaro-techniques de représailles appropriées », ajoutant qu’elle avait « tout à fait le droit de le faire ».

En bref, Poutine a clairement indiqué que, lorsqu’il s’agissait de la question de l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN, du stationnement de missiles américains en Pologne et en Roumanie et des déploiements de l’OTAN en Europe de l’est, la Russie considérait que son existence même était menacée.

La déconnexion 

L’invasion russe de l’Ukraine, vue du point de vue de la Russie et de ses dirigeants, a été le résultat d’un long empiètement de l’OTAN sur les intérêts légitimes de sécurité nationale de l’État et du peuple russes. L’Occident, cependant, a interprété l’incursion militaire comme rien de plus que l’action irrationnelle d’un dictateur en colère et isolé cherchant désespérément à être pertinent dans un monde échappant à son contrôle.

La déconnexion entre ces deux récits pourrait s’avérer fatale au monde. En minimisant la menace que la Russie perçoit, à la fois d’une OTAN en expansion et de la fourniture d’une assistance militaire létale à l’Ukraine alors que la Russie est engagée dans des opérations militaires qu’elle juge essentielles à sa sécurité nationale, les États-Unis et l’OTAN courent le risque de ne pas comprendre la gravité mortelle des instructions de Poutine à ses chefs militaires concernant l’élévation du niveau de préparation des forces nucléaires stratégiques de la Russie.

Loin de refléter le caprice irrationnel d’un homme désespéré, les ordres de Poutine reflètent l’extension logique d’une posture de sécurité nationale russe concertée depuis des années, où l’opposition géopolitique à l’expansion de l’OTAN en Ukraine est mariée à une posture nucléaire stratégique. Chaque déclaration de Poutine au cours de cette crise est liée à cette politique.

Alors que les États-Unis et l’OTAN peuvent débattre de la légitimité des préoccupations russes, rejeter la stratégie de sécurité nationale d’une nation qui a été soumise à un examen bureaucratique détaillé comme rien de plus qu’une crise de colère d’un autocrate déconnecté représente un dangereux mépris de la réalité, dont les conséquences pourraient s’avérer fatales pour les États-Unis, l’OTAN et le monde.

Le président Poutine s’est souvent plaint que l’Occident ne l’écoute pas lorsqu’il parle de questions que la Russie juge d’une importance cruciale pour sa sécurité nationale.

L’Occident écoute maintenant. La question est : est-il capable de comprendre la gravité de la situation ?

Jusqu’à présent, la réponse semble être non.


=> Source : Consortium News

A propos de Pierrick Tillet 4102 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.