La fête à Macron le 5 mai (1) : contre la barbarie

La fête à Macron le 5 mai (1) : contre la barbarie

Hits: 2638

François Ruffin nous demande de dire nos raisons pour participer et inviter à #LaFêteÀMacron le samedi 5 mai. Voici les miennes.

Que cent fleurs s’épanouissent sous les claviers ou devant les caméras ! Raconter pourquoi je serai dans la rue le 5 mai serait rejouer Shéhérazade. Alors je ne retiendrai aujourd’hui que trois-quatre pans de la barbarie.

Paris. Victime de tortures, il avait fui le Pakistan à l’âge de 15 ans. Abandonné par l’ASE, l’Aide sociale à l’enfance, qui lui devait assistance et protection, Nour s’est donné la mort le 14 février à l’âge de 17 ans.

Lille. Une personne sans logis, dont on ne connaît pas le nom, a écopé d’une amende de 200 euros, oui, deux-cents euros ! pour avoir mendié dans le métro.

Briançon. « Elle a donné naissance à un petit garçon par césarienne. Cela aurait été un drame si elle avait dû accoucher dans la neige ou dans la voiture. […] J’étais en infraction parce que je transportais des personnes qui étaient en situation irrégulière. Moi j’ai dit que j’avais juste porté assistance à des personnes en danger. On sait bien que si on n’avait pas été là, la maman et son bébé y seraient passés. Pendant que la dame était à l’hôpital, le père et les enfants ont été renvoyés en Italie. Sommée par l’hôpital de les faire revenir pour être auprès de la jeune mère, la PAF [police de l’air et des frontières, ndr] a obtempéré. » (B. Ducos, poursuivi pour aide à personne en situation irrégulière.)

Paris, Porte de la Chapelle, au pied du centre d’accueil. Karim est mort sur un trottoir. Il pensait trouver refuge en France mais la France laisse tant de gens sur les trottoirs. Il était malade, il a survécu à l’enfer de la Libye, mais c’est à Paris que son cœur s’est arrêté de battre. Son linceul est resté des heures sous la pluie et sous la surveillance de la police qui a refusé que compatriotes et amis de galère restent à ses côtés.

France. Chaque jour plus d’une personne répertoriée meurt dans la rue. Cinq fois plus en réalité. « Il ne sert à rien de pleurer sur les morts, si on ne fait rien pour que ça change pendant qu’ils vivent à la rue, si on ne fait rien pour éviter que des personnes n’arrivent à la rue […], si on continue à se boucher les yeux, à minimiser et à nier la réalité […], si on continue à affirmer que la plupart de ceux qui dorment à la rue refusent d’être hébergés […], si on continue à rendre l’espace public hostile par toutes les installations dissuasives qui chassent ceux qui vivent à la rue vers des lieux toujours plus cachés et dangereux. […] »

Méditerranée. « Les bateaux de sauvetage se retrouvent contraints à négocier au cas par cas, en pleine mer, en situation d’urgence et de tension dangereuse, l’évacuation de personnes en détresse, malades, blessées, épuisées, vers un lieu sûr où elles seront soignées et protégées. » (F. Vallat, SOS Méditerranée)

Hauts-de-France et Corse. Un million de personnes, sur les six millions habitant les Hauts-de-France, vivent sous le seuil de pauvreté. 18,3 %, c’est le taux le plus élevé de France après la Corse.

Menton. Deux élus font une visite surprise à la PAF. « Dans ces conteneurs, tout est métallique, il n’y a pas de banc, les fenêtres sont fermées et il n’y a même plus l’air conditionné. On voit bien que les gens amenés ici ne sont pas libres. » (Michèle Rivasi, députée européenne.) Parmi la vingtaine de personnes qui ont dormi au poste, un Malien explique avoir réclamé de l’eau, sans succès. « On ne nous dit même pas pour la demande d’asile, c’est comme si on n’était jamais entrés. […] Ils donnent le même formulaire à tout le monde, où c’est coché que tu veux retourner en Italie. » M. Rivasi : « Quel délit ont-ils commis ? Ils ont juste eu le tort de frapper à la porte de notre pays. »

Calais. Lors de la destruction des abris, la police a fait enlever deux cuves à eau que l’Auberge des migrants avait déposées. Le Tribunal administratif puis par le Conseil d’État avaient obligé la préfecture à installer une distribution d’eau. Cette obligation n’est plus respectée. « Nous nous réservons la possibilité d’en informer le Rapporteur de l’ONU, déjà venu sur place pour constater l’insuffisance du dispositif précédent, ainsi que le Défenseur des Droits et le Conseil d’État. »

France. Plus de douze millions de personnes vivent dans un logement peu ou pas chauffé durant l’hiver.

Assemblée nationale. Les députés ont rejeté l’interdiction de mettre des mineurs en rétention. Un viol de l’arrêt Popov de 2012, des arrêts de 2016 de la Commission européenne des droits de l’homme et de la Convention internationale des droits de l’Enfant. Il restera possible en France de maintenir en rétention un nouveau-né prématuré dans une pièce où il fait dix degrés.

Planète terre. Un cauchemar à 45 milliards d’euros. Son salaire de patron, quarante-cinq milliards d’euros, est supérieur au produit intérieur brut de deux tiers des pays du monde ! Mais Macron et son monde disent que c’est nous qui devons faire des efforts.

Macron et son monde ne comprennent pas. Ils répondent comptabilité chaque fois qu’on parle d’humanité. On ne va pas leur expliquer, c’est inutile, ils ne comprennent pas. On va leur forcer la main.

=> Photo : Laurin Schmitt SOS Méditerranée. Un quart d’heure plus tôt ils pensaient mourir et regarde leur joie devant le bateau qui vient les sauver !


« J’ te parle en connaissance de gosse / Les petites filles du Laos / Aux yeux bleus, aux cheveux de jais / Qui travaillent dans les cabarets. » Michel Tonnerre chante “En connaissance de gosse”.

Partager ce billet

Un citoyen ordinaire à la rencontre des personnes cabossées par la vie.