La 3ème guerre mondiale fait rage et elle dévaste l’Occident de l’intérieur

En août 2015, j’écrivais un billet de yetiblog intitulée “Comment l’Occident prépare une 3ème guerre mondiale perdue d’avance contre ses barbares”. Vous pouvez le relire, je n’en retire pas une ligne. Et de fait, cette 3ème guerre mondiale fait rage, mais pas comme certains le pensaient.

La 3ème guerre mondiale n’a pas lieu contre la Russie ou la Chine

Comme je l’écrivais à l’époque, cette 3ème déflagration mondiale, sauf coup de folie suicidaire, a peu de chance d’opposer l’Occident à ses rivaux traditionnels (Russie, Chine) dans un conflit conventionnel. Trop de risques de retours de bâton cinglants et meurtriers, trop de faiblesses intrinsèques dans un arsenal militaire US frappé d’obésité. Et surtout trop de flottement dans les cerveaux de nos stratèges et tacticiens.

De fait, la Chine poursuit son développement économique insolent au nez et à la barbe de l’Occident. Et Poutine vient de tranquillement reconnaître, sans avoir tiré le moindre coup de feu, l’indépendance des deux républiques ex-ukrainiennes (mais russophones) du Donbass. Cris d’indignation dans l’empire, promesses de sanctions « jamais vues » contre Moscou, appel à la morale et à la démocratie bafouée… Bref, tous les signes de l’impuissance et de la confusion, à l’image de notre Macron national ridicule ou d’un Biden plus digne d’un Ehpad que de la Maison blanche.

La guerre contre les “barbares” de l’intérieur

Si guerre mondiale il y a, elle est aujourd’hui menée par des dirigeants déments contre leurs propres populations, les “barbares” de l’intérieur. Je ne parle pas ici seulement des “barbares” immigrés qui se pressent à ses portes ou des islamistes qui s’y seraient infiltrés. Mais des soignants suspendus sans solde pour n’avoir pas sacrifié à une obligation vaccinale sordide, de médecins, de professeurs et jusqu’à un prix Nobel diabolisés pour ne pas répondre aux plans commerciaux de Big Pharma, des Gilets jaunes toujours présents les samedis dans les rues depuis novembre 2018, des convois de la Liberté qui naissent aux quatre coins de l’empire et que rien n’arrête.

Face à ces déferlements de colère, les autorités en panique multiplient les états d’urgence permanents (Canada, Nouvelle-Zélande, Guadeloupe…), gèlent les comptes bancaires et les biens des récalcitrants, font donner leurs robocops masqués et non identifiables, construisent des camps de rétention pour pestiférés (Australie)…

Mais rien n’y fait. L’inflation ronge désormais un système financier moribond depuis 2018, va encore plus appauvrir les populations qui se croyaient protégées. Le narratif sanitaire officiel s’effondre. Trudeau le fuyard peut bien avoir chassé les “barbares” du centre de la capitale Ottawa, c’est une ville morte qui apparaît aujourd’hui, sillonnée tout juste par ses voitures de police et ses robocops armés, tandis que les rebelles sont toujours massés à ses portes et essaiment jusque chez le grand voisin américain

« Ainsi meurent les civilisations exténuées. Par développement irrésistible des métastases cancéreuses en leur sein » (yetiblog, 6 août 2015).

A propos de Pierrick Tillet 4095 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.