L’insurrection qui vient : l’exemple guadeloupéen

Insurrection Guadeloupe

Si le mouvement des Gilets jaunes s’en était parfois approché, du moins à ses débuts, il était finalement resté dans le cadre de simples manifestations de protestation. Aujourd’hui en Guadeloupe, la situation est bien différente, explosive au point que l’on peut parler de situation insurrectionnelle.

Réaction militaire

Le caractère insurrectionnel du soulèvement guadeloupéen est d’ailleurs confirmé par la réaction des autorités françaises : plus de charges de CRS, plus de canons à eau, plus de jets de bombes lacrymo, mais le déploiement de blindés tout ce qu’il y a de militaire et l’envoi précipité de renforts.

L’insurrection comme ultime solution pour mettre les prédateurs corrompus hors d’état de nuire

La situation n’est en réalité guère surprenante. On sent bien depuis quelques temps que la tension est en train d’atteindre un point critique de non-retour. Et pas seulement en Guadeloupe. Certaines personnalités de métropole, jusque-là, disons, “raisonnables”, ont bien compris que la crise proprement épouvantable que nous traversons ne se débloquerait plus par un quelconque rituel électoral devenu parodique.

Regardons les choses en face : si l’issue d’une insurrection est incertaine, elle est désormais devenue la seule et ultime solution pour mettre hors d’état de nuire les prédateurs corrompus en train de nous pourrir la vie. Considérons le mouvement de révolte engagé par nos courageux amis guadeloupéens comme le signal d’une réaction populaire salutaire.

A propos de Pierrick Tillet 3965 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.