Great Upset : l’Europe et l’Amérique latine minées par les “barbares”

Favori de la prochaine présidentielle, Lula veut lutter contre le dollar et dénonce Zelensky.

On l’a dit, à l’image du Great Reset aryen des années 30/40, le Great Reset néolibéral théorisé par Klaus Schwab est une de ces monstruosités criminelles, mais vouées à l’échec, qui naissent sur les ruines des civilisations agonisantes, avant qu’elles ne soient emportées par un Great Upset (grand bouleversement) fomenté par des “barbares”. Comme on va le voir, les “barbares” du moment sont russes et sud américains.

Les déboires d’Ursula Von der Leyen, la Klaus Schwab de la Commission européenne

Il est désormais clair que l’offensive des “barbares” russes en Ukraine a largement miné l’omnipotence de l’empire americano-européen en intervenant sur le territoire même de cet empire sur le déclin, l’Europe occidentale. Ursula Von der Leyen, la Klaus Schwab de la commission de Bruxelles, a bien tenté de sauver les meubles de l’UE en décrétant unilatéralement le 4 mai un embargo total sur le pétrole russe d’ici six mois et sur les produits raffinés d’ici un an.

Le fait de devoir assortir ces sanctions d’un délai d’application est déjà en soi un aveu de faiblesse. Mais encore faut-il que cette décision soit approuvée par l’unanimité des pays membres, comme le veut la règle de l’UE. Et là, le ver est déjà dans le fruit de l’union de façade. La Hongrie a déjà rejeté cette proposition d’embargo. La Slovaquie traîne des pieds en espérant que le délai spécial qui lui a été octroyé par Bruxelles jusqu’en 2023 soit prolongé. L’Autriche, dont on sait à quel point critique elle dépend des sources d’énergie russes, ne dit mot. Et l’Allemagne évoque pudiquement des « perturbations » dans son approvisionnement si une telle mesure coercitive voyait le jour.

La menace monétaire de Lula da Silva

L’autre coup des “barbares” est venu du Brésil. Lula da Silva, grand favori de la présidentielle d’octobre 2022, vient de déclarer son intention de créer, s’il était élu, une monnaie en Amérique latine, le Sur (“Sud”), pour lutter contre « la dépendance au dollar ».

Et pour bien enfoncer le clou dans le cœur de l’empire, le même Lula a rajouté que Zelensky portait autant de responsabilités que Poutine dans le déclenchement de la guerre en Ukraine.

Une aide militaire occidentale à l’Ukraine qui peine à donner des résultats

Au fait, la guerre en Ukraine, où en est-on, puisque la guerre est, dit-on, l’unique porte de sortie des empires en voie d’effondrement ? Eh bien, disons que ça n’a pas l’air brillant pour le camp occidental et son bras armé de l’OTAN. On a beau lancer des déclarations fracassantes sur de très supposés déboires ou faiblesses russes, promettre armements massifs et formateurs militaires éclairés, on ne voit toujours rien venir après quatre mois de conflit, sinon quelques escarmouches ukrainiennes sporadiques meurtrières, mais sans conséquences. Je n’ai pas pu vérifier la source de cette vidéo présentant un mercenaire américain pris sous le feu russe en Ukraine, mais vraie ou fake, elle illustre parfaitement la situation précaire de l’empire.

A propos de Pierrick Tillet 4064 Articles
Un voyageur à domicile en quête d'une nouvelle civilisation.